Couverture Mesures n°895

Le 11/05/2017 à 18:01  

« La technologie à effet Coriolis se distingue par encore bien d'autres avantages : une très grande stabilité de la mesure dans le temps, ce qui permet de s'affranchir d'étalonnages fré-quents,aucune pièce en mouvement, d'où aucune usure. Dès que l'opportunité se présente, nous conseillons de passer à la technologie à effet Coriolis », énumère Sandrine Guychard, responsable de l'équipe technico-commerciale sédentaire au sein de l'activité Analyse et instrumentation d'ABB France. Jean-FrançoisVittu (Emerson Automation Solutions France) précise toutefois qu'« une dérive peut apparaître dans le temps si la rigidité du tube de mesure est modifiée par un phénomène de corrosion, d'abrasion ou une surpression ».

Les débitmètres à effet Coriolis ont encore d'autres atouts dans leur manche: « en plus d'être aussi une mesure bidirectionnelle avec un temps de réponse court et fixe (contrairement à un modèle massique thermique), la grande rangeabilité – elle est par exemple de 1: 4000 pour le mini Cori-Flow ML120 – apporte une souplesse d'utilisation aux débitmètres à effet Coriolis.C'est ce que l'on préconise en R&D surtout, où le cahier des charges n'est pas forcément bien défini, la composition de matrices est inconnue », explique Yann Le Guenniou (Bronkhorst France). Les débitmètres massiques thermiques, eux, sont vendus pour une seule et unique échelle de mesure.

La grande majorité des fabricants proposent, dans leur catalogue, plusieurs designs de tube de mesure (monotube droit, monotube courbé, bitube courbé…) et des tubes de taille différente (DN10 et DN150 bien souvent), pour pouvoir répondre à toutes les applications.

Signalons encore l'absence de contraintes d'installation particulières: l'absence de longueurs droites amont et aval, ce qui se traduit par un encombrement réduit, l'existence de modèles supportant des températures très basses (-200 °C) ou très hautes (+350 ou +400 °C), des pressions très élevées (jusqu'à 410 bar, voire même au-delà). En termes de diamètre nominal (DN), les débitmètres à effet Coriolis les plus courants sur le marché des procédés sont disponibles entre DN10 et DN150, avec une limite à DN400 pour les modèles les plus gros tels que le Promass X d'Endress+Hauser, le TMU de l'allemand Kobold. « Plus le diamètre nominal est important, plus le coût en termes de matériau augmente, voire de manière exponentielle avec certains matériaux. Mais des prestataires sont prêts à débourser plus de 150 000 euros pour un débitmètre car ils savent que l'investissement sera vite rentabilisé », constate Alain Ciliento, Oil&Gas Industry Manager et Flow Specialist chez Endress+Hauser France.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap