Des caméras infrarouges à poste fixe doublement signées Fluke

Le 06/09/2018 à 17:00  

S il'américain Fluke est notamment connu en tant que fabricant de caméras thermiques, il ne proposait jusque-là que des modèles portables, à l'instar des séries Professionnelle, Performance et Expert. « Les caméras infrarouges RSE300 et RSE600, que nous venons de lancer, sont nos premiers modèles à poste fixe. Elles sont destinées aux applications de laboratoire et deR&D », précise Matthieu Villebrun, ingénieur support technique Thermographie chez Fluke France.

Pour les applications industrielles et de process, il faut en fait se tourner vers Fluke Process Instruments, entité du groupe spécialisée dans les pyromètres et les systèmes d'imagerie thermique –il est né du regroupement de Datapaq, d'Ircon et de Raytek– et qui a introduit sur le marché les imageurs infrarouges Therm0View TV40. « Les séries RSE300/600 et ThermoView TV40 sont en fait issues du même développement ; c'est d'ailleurs la première fois que nous introduisons des caméras pour les deux entités », ajoute Thomas Strohmeier, Reseller Account Manager chez Fluke Process Instruments Allemagne, lors de l'édition 2018 du salon Achema, qui s'est déroulé du 11 au 15 juin dernier àFrancfort-sur-le-Main (Allemagne).

C'est ainsi que l'on retrouve, parmi les spécifications, une matrice de résolution 320x240 pixels (RSE300 et ThermoView TV43) ou 640x480 pixels (RSE600 et ThermoView TV46) –sur la base des modèles portables Expert–, un IFOV respectif de 1,85 et 0,93mrad, une sensibilité thermique (NETD) de seulement 30 ou 40mK et un champ de vision (HxV) de 34° x 25,5° en standard, une plage spectrale de 8 à 14µm, ainsi qu'une étendue de mesure de - 10 à

Les premières caméras thermiques à poste fixe de Fluke, à savoir les modèles RSE300 et RSE600, présentent les mêmes caractéristiques principales que celles des ThermoView TV40 de Fluke Process Instruments. Normal, elles sont toutes issues du même développpement.

+ 1 200 °C – « cela ouvre un champ d'applications plus grand », indique Matthieu Villebrun–, une précision de ±2°C ou ±2% de la lecture, une correction de l'émissivité de 0,1 à 1,0.

« La fréquence de balayage peut désormais atteindre 60 Hz – une fréquence de 9 Hz est toujours disponible –, ce qui est préférable lorsque des objets sont en mouve-ment devant la caméra,afin d'éviter l'effet de traces. C'est ce qui pouvait pénaliser certains utilisateurs de caméras thermiques portables », explique Matthieu Villebrun. Avec cette fréquence de balayage élevée, Fluke a doté ses nouveaux imageurs d'une interface GigE Vision supportant l'alimentation par Ethernet (PoE), pour le transfert des images et des données. Les ThermoViewTV40 intègrent également une interface EtherNet/IP et/ou des entrées/sorties analogiques et numériques.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap