Des Mesureurs De La Qualité De L'air Intérieur Estampillés Chauvin Arnoux

Le 01/02/2015 à 17:00  
default-image-3103

A quelmomentconvientil d'aérer une pièce ? Quand notre environnement intérieur cesse-t-il d'être respirable ? Ce ne sont que quelques-unes des questions que les responsables d'établissements recevant du public doivent désormais se poser. C'est pour répondre aux exigences imposées par le décret français n° 2012-14 dans le cadre de la surveillance de la qualité de l'air intérieur au sein de ces établissements (décret français n°2011-1728) que le français ChauvinArnoux a développé les mesureurs de la qualité de l'air intérieur CA1510.

« Si la pollution atmosphérique est souvent associée aux activités industrielles et au transport, il faut savoir que l'air intérieur est de deux à cinq fois plus pollué que celui à l'extérieur, à cause des peintures, des revêtements et d'autres produits. La concentration de CO2 dans un air propre est de 375 ppm, en ville de 400 à 600 ppm et à l'intérieur d'une pièce moins de 1 000 ppm voire jusqu'à 5 000 ppm dans le cas d'environnements confinés » , explique Marc Albrecht, chef de produits chez Chauvin Arnoux. Les mesureurs CA 1510 jouent ainsi le rôle d'indicateurs de la qualité de l'air respiré (notion de niveau de confort comme pour le bruit ou la lumière) et, pour les professionnels du génie climatique, de l'efficacité du renouvellement d'air, en complément des analyses réalisées par les organismes de contrôle. Pour le fabricant français, spécialisé dans les mesures de température et d'humidité relative (en plus des mesures électriques), il s'agit de s'orienter vers le marché de la qualité de l'air intérieur, ce qui l'a conduit à maîtriser un nouveau paramètre, le dioxyde de carbone (CO 2). Le constructeur dispose désormais d'une cellule de mesure infrarouge non dispersif (NDIR) à doubles faisceaux associée à un système d'autocompensation de la dérive. « Nous proposions jusque-là des appareils de mesure de température et mesure de température et d'humidité relative purement portatifs, sans enregistrement ni restitution logicielle ainsi que des data loggers aveugles en humidité relative » , rappelle Marc Albrecht.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap