Efforts variables, la fatigue gigacyclique s’impose

Le 01/04/2008 à 0:00  
default-image-3103

Lorsqu’on parle d’essais de fatigue, on pense d’abord à tous ceux qui consistent à tester une pièce mécanique pour s’assurer qu’elle résistera aux contraintes tout au long de sa durée de vie. Mais avant que cette pièce soit conçue, il a bien souvent fallu tester les matériaux qui la composent. C’est pour cette application que l’on emploie des machines de fatigue gigacyclique. Utilisés pour connaître le comportement de matériaux au-delà de dix millions de cycles, ces moyens d’essais suscitent aujourd’hui un véritable intérêt. Et pour cause. Ils produisent en moins d’une semaine le même nombre de cycles que ne le ferait une machine d’essais classique au bout de trois ans.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap