EMC France rejoint le groupe Emitech

Le 24/05/2019 à 17:00  

À l'occasion de ses 30 ans,le groupe français Emitech, spécialisé dans les essais en environnement (radio, sécurité électrique, CEM [Compatibilité électromagnétique], climatique, mécanique, fiabilité, acoustique), a annoncé le rachat de son compatriote EMC France, pour un montant non dévoilé. Comme il l'explique dans son communiqué de presse, « avec cette acquisition “exceptionnelle”, tant par sa dimension que par son ambition,Emitech entre dans une nouvelle dimension, les deux sociétés devenant un acteur incontournable sur le marché des essais, des bancs de test et de l'ingénierie à forte valeur ajoutée ».

Se rapprocher de l'automobile

Mais revenons sur la genèse de cette acquisition. « Même si nous sommes présents dans tous les secteurs industriels, nous nous sommes interrogés sur les secteurs où se trouvent les innovations technologiques de demain. C'est ainsi que nous nous sommes mis,il y a environ un an, à la recherche d'une société travaillant dans l'automobile,dans le but de nous rapprocher des industriels de ce domaine.Et c'est à cette période qu'Olivier Crastre, le président d'EMC France,envisageait de vendre sa société », rappelle Matthieu Cognet, p-dg d'Emitech.

Créé en 1993, EMC France – le sigle signifie Essais Moteur à Combustion– propose des prestations pour accompagner les industriels dans leur recherche et développement de moyens de mobilité innovants, durables et respectueux de la transi-tion énergétique. « Son métier de base est lié à la motorisation,thermique (essence et diesel) et hybride (batteries Li-ion),auxquelles on peut aussi ajouter les véhicules à hydrogène », précise Matthieu Cognet.

Avec le rachat d'EMC France, nous devenons une ETI et aussi l'un des trois premiers laboratoires d'essais en Europe.

Matthieu Cognet, p-dg d'Emitech

Les prestations s'articulent autour de la réalisation d'essais, de la conception de bancs de tests et de l'ingénierie de systèmes mécatroniques et de propulsion (une activité lancée en 2004).EMC France emploie 170 personnes, entre son siège social d'Achères (Yvelines) et le site de Bosroumois (Eure), issu durachatdeMTTMoteurTest, pour un chiffre d'affaires prévu de 17 millions d'euros en 2019.

Une soixantaine de postes ouverts

Avec l'intégration d'EMC France, le nouveau groupe devient une ETI, avec 550 personnes réparties sur 18 sites en France, pour un chiffre d'affaires de 55Me, dont 10% à l'exportation. Une croissance organique forte (près de 10% chaque année) et une croissance externe régulière garantissent le développement et la pérennité du groupe. « Et nous devenons par ailleurs l'un des trois premiers laboratoires d'essais en Europe », affirme même Matthieu Cognet.

Du côté des prestations de services, les utilisateurs auront accès, via une structure unique, à des essais RF, climatiques, mécaniques, hydrauliques, feu, de CEM, de sécurité électrique et de fiabilité, ainsi qu'à des formations. Et Matthieu Cognet d'ajouter : « Grâce à EMC France, nous bénéficions de 22 bancs de test supplémentaires pour les groupes motopropulseurs traditionnels et de véhicules électriques, ce qui accroît significativement nos capacités ». En plus de renforcer sa position sur le marché automobile, qui représente 40% du chiffre d'affaires du groupe, il s'agit de répondre également aux stratégies d'achats des grands donneurs d'ordres, à savoir la réduction du nombre de partenaires, l'optimisation des relations et l'amélioration de la performance fournisseur.

Mais pour cela il faut avoir les moyens de ses ambitions, et Emitech a dû mal à trouver des profils pour la soixantaine de postes ouverts, principalement des techniciens et des ingénieurs pour ses laboratoires d'essais et ses équipes d'ingénierie. Matthieu Cognet lance donc un appel: « Si, dans les écoles, on apprend aux étudiants à concevoir un produit, on ne leur apprend pas les métiers du test. C'est nous qui le faisons en interne ! »