Eurotek a reçu l'accréditation Cofrac pour les machines 3D

Le 01/05/2014 à 17:00  
default-image-3103

Depuis le 1 er mai dernier, Eurotek est officiellement la première entreprise accréditée par le Cofrac [Comité français d'accréditation, NDLR] pour les machines 3D », annonce Jean-Marc Pras, gérant de la société française, non sans une certaine fierté. Eurotek, qui a été créée en 1997 et qui emploie une quinzaine de personnes au total sur les sites de Soisy-sous-Montmorency (Seine-Saint-Denis) et d'Evry (Essonne), celui de M3D, une filiale rachetée en 2009, est spécialisée dans la mesure tridimensionnelle (3D) à travers différentes activités. L'entreprise propose un ensemble de services de maintenance préventive et curative, d'étalonnage, de retrofit , elle distribue des machines de l'allemand Mora et des systèmes de numérisation 3D (scanners) du français Kreon Technologies. Les deux autres activités s'articulent autour du négoce de machines reconditionnées et des prestations de contrôle de pièces.

Investissement dans un banc de contrôle laser des étalons

« Nous nous sommes lancés il y a trois ans dans la démarche d'accréditation Cofrac, suite à la demande récurrente de clients pour savoir si nous étions accrédités pour les machines 3D. Hormis quelques sociétés européennes, via les reconnaissances mutuelles avec l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas (en théorie seulement car ces sociétés ne viennent pas en France), rares sont les acteurs capables de réaliser de tels étalonnages. Comme la démarche d'accréditation était une chose toute nouvelle pour nous, un partenaire spécialiste du sujet nous a aidés », rappelle Jean-Marc Pras. Une fois l'audit réalisé au mois de février et le dossier validé fin mars, Eurotek a officiellement reçu son accréditation le 1 er mai 2014.Elle porte sur l'étalonnage de machines à portique automatique et à palpeurs à contact (selon la norme EN ISO 10360-2), qui évoluent dans un environnement stable (à savoir une plage de températures comprise entre +18 et +25°C.

En plus de la démarche d'accréditation à proprement dite et de la formation d'une personne en interne, Eurotek a également investi dans un banc de contrôle laser pour le suivi des étalons.

DR

L'accréditation est une reconnaissance du travail réalisé. ” Jean-Marc Pras, gérant d'Eurotech

« Dans un premier temps, les étalonnages avec certificat Cofrac sont restreints à des machines dont la plus grande diagonale atteint 1,5 m, au-delà les étalonnages n'étant pas Cofrac. La norme oblige en effet à disposer des étalons dont la dimension la plus grande représente 68 % de la course maximale de la machine à étalonner. Et nous ne disposons que de cales de 1mde long pour l'instant », indique Jean-Marc Pras. Un point très important est à souligner. En plus de la démarche d'accrédita-tion proprement dite et de la formation d'une personne en interne, Eurotek a également investi dans un banc de contrôle laser. Il s'agit de garantir le suivi des étalons et en particulier leur dérive car ils sont susceptibles d'être amenés sur site pour les étalonnages chez les clients.

Pour la société, l'obtention de l'accréditation Cofrac est une reconnaissance du travail réalisé et va lui permettre d'apporter une plus-value et donc de prendre des parts de marché. Selon l'intérêt de ses clients et la manière dont le marché va réagir plus généralement (d'autres secteurs sont susceptibles d'êtrein-téressés, comme les entreprises réalisant leurs contrôles en in-terne, les prestataires de mesure dont les donneurs d'ordres imposeraient demain d'être accrédités), Eurotek envisage de faire évoluer l'accréditation (extension du périmètre, par exemple), de renforcer ses équipes…