Fabrication additive:des technologies en pleine maturation

Le 09/09/2016 à 0:00  

L a fabrication additive, ou impression 3D, s'est fait connaître auprès du grand public ces dernières années. Les «imprimantes 3D» grand public permettent d'imprimer des objets en plastique à partir d'un simple modèle CAO, par dépôt de couches successives. Mais la fabrication additive existe depuis longtemps dans l'industrie, et gagne de nouvelles applications. « Dans les années 1980, on parlait de prototypage rapide », rappelle Paul Henri Renard, directeur général du Centre technique industriel fonderie (CTIF). On employait alors la stéréolithographie ( voir encadré page 36 ). Un système qui évite de passer par les procédés habituels, comme la confection d'un moule. « On produisait déjà de petites séries dans les années 1990 », ajoute Bart van der Schueren, vice-président de Materialise, qui propose un service de fabrication additive. Les applications concernaient notamment le milieu de la santé, avec par exemple la fabrication d'appareils auditifs, pour produire des pièces de forme personnalisée.

Le principe de la fabrication additive permet d'alléger des pièces par une démarche d'optimisation technologique, afin de réduire la quantité de matière de l'objet.

Mais cette technique ne se limite plus au plastique aujourd'hui: résine, bois, céramiques, fibre de carbone, verre… voire des bâtiments ou des tissus vivants, la fabrication additive ouvre un champ d'applications très large, mais souvent encore à l'état de recherche. Cependant, depuis une dizaine d'années, la fabrication additive de pièces métalliques gagne doucement l'industrie. D'engins de laboratoire, les machines s'industrialisent et séduisent certains secteurs. « Nous avons constaté que les entreprises sont passées du stade de la curiosité à celui de la recherche d'applications , observe Gilles Allory, responsable de l'équipe Procédés performants et inno-vants du Cetim, à Saint-Étienne. En 2014, les industriels ne savaient pas encore comment s'y prendre.Ils imaginaient la technologie miracle, qui pourrait tout faire. Aujourd'hui, ils sont mieux renseignés, ont réfléchi à ce que pourrait leur apporter cette technologie. » En effet, la fabrication additive n'a pas vocation à remplacer les méthodes traditionnelles. Cette technologie permet de produire des formes plus complexes, et laisse ainsi le champ libre en termes de conception.

M La fabrication additive sur lit de poudre est la plus répandue pour les pièces métalliques. Ce procédé est également utilisé pour la production de pièces en plastique.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap