Heat and Control et Ishida renforcent leur partenariat

Le 12/11/2018 à 17:00  

C 'est sur le site de son siège social européen, situé à Birmingham (Royaume-Uni), que le japonais Ishida a présenté le rapprochement avec l'américain Heat and Control (HCI). « Nous sommes partenaires depuis une trentaine d'années, HCI étant notre représentant aux États-Unis.Lemar-ché mondial est demandeur de solutions communes, avec des lignes très proches d'un continent à l'autre, excepté le volume de produits supporté », constate Pascal Oger, directeur commercial d'Ishida Europe France.

Pour Dave Tiso, directeur général d'Ishida Europe, « le rapprochement avec HCI s'inscrit dans la croissance de nos activités en Europe,nos clients étant également à la recherche d'automatisation. » C'est ainsi que les deux sociétés ont décidé d'aller plus loin dans leur partenariat. « Il s'agit désormais plus d'une alliance que d'un simple partenariat, dans le domaine du snacking , affirme François Cousin, Regional Sales Manager chez Heat and Control Europe. L'expertise commune en matière de technologie, de sécurité – un facteur très important –, et de formation des personnels est désormais accessible en Europe, après les États-Unis. » L'alliance entre le fabricant américain d'équipements pour les industries agroalimentaires (enrobage et cuisson des aliments), créé en 1950, et le japonais, dont la création remonte à 1893 et qui est l'un des principaux fabricants mondiaux spécialisés dans les technologies de pesage, d'emballage et de contrôle qualité, représente au total plus de 5000 personnes réparties sur 48 sites (27 pour HCI et 21 pour Ishida). « Les industriels sont demandeurs de proximité, d'expertise et de conseil,en particulier dans le domaine du snack où nous nous implantons de plus en plus », confirme Pascal Oger (Ishida).

À l'image de François Cousin (à gauche), Regional Sales Manager chez Heat and Control Europe, et de Pascal Oger, directeur commercial d'Ishida Europe France, les deux sociétés travaillent désormais de concert en Europe.

En plus d'une source d'approvisionnement unique (« one-shop »), les industriels bénéficient de solutions complètement intégrées pour la production de snacks. Cette intégration poussée se traduit par des performances et une productivité optimisées, d'une meilleure sécurité alimentaire et opérationnelle, d'où la réduction des risques, en plus de la mise en commun des connaissances. « Le contrôle commun de la transitique revêt une grande importance.Une ligne réunit en effet les étapes de préparation, d'assaisonnement et d'enrobage, de pesage et d'emballage, ainsi que de contrôle qualité et d'inspection », rappelle Pascal Oger.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap