ifm electronic, un fabricant aux multiples facettes

Le 19/10/2017 à 17:00  

L a filiale française de l'allemand ifm electronic a beau exister depuis quatre décennies, voire un peu plus en ce qui concerne la maison mère – sa création remonte à 1969 –, la société révèle encore aujourd'hui de nouvelles facettes restées jusque-là cachées. « On nous associe sur le marché aux capteurs de position inductifs, qui était l'activité d'ifm electronic à l'origine, mais nous allons aujourd'hui vers bien d'autres directions, pour lesquelles nous avons investi ces dernières années. Avec un point commun à toutes ces directions : le standard de communication IO-Link », explique Jan-Rémi Fromentin, CEO d'ifm electronic Europe du Sud-Ouest. La société a ainsi racheté plusieurs start-up pour acquérir certaines technologies. Il s'agit d'I-for-T, devenu ifm diagnostic, en 2004, pmdtech à parts égales avec Audi

Electronics en 2005, puis à 100 % en 2011, Handke Software, devenu ifm datalink, en 2013, ainsi que GIB et Qosit l'année dernière. À côté de ces croissances externes, ifm electronic pratique également une poli-tique d'investissements soutenue, avec de 8 à 12 % du chiffre d'affaires mis dans la R&D. « Environ un tiers de notre chiffre d'affaires est réalisé par des produits lancés ces trois dernières années. Il s'agit d'une obligation dans notre domaine pour se démarquer de la concurrence et continuer sur notre croissance organique régulière de 8 à 10 % par an », affirme Jan-Rémi Fromentin.

Le concept d'usine numérique s'étend du capteur jusqu'à l'ERP, ce qui se traduit notamment par le passage de composants aux solutions, pour le mobile ici.

DR

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap