L'analyse LIBS se rapproche un peu plus de l'industrie

Le 24/05/2019 à 17:00  

L'analyseur élémentaire d'iumtek, basé sur la technologie LIBS, s'installe facilement sur une (grande) table et peut ainsi être amené au plus près des échantillons dans le cadre de campagnes de mesures in situ.

L ors de l'édition 2019 du salon Forum Labo Paris, qui s'est tenu du 26 au 28 mars derniers à Paris Expo-Porte deVersailles, de nombreuses jeunes pousses ont eu l'occasion de se mettre en avant, à l'image de la start-up française iumtek. Son domaine d'activité? « Nous sommes spécialisés dans le domaine de l'instrumentation optique industrielle en milieu sévère,et plus particulièrement dans la technologie LIBS (Laser Induced Breakdown Spectrometry). Nous exploitons en fait des brevets issus du CEA DEN [Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives Direction de l'énergie nucléaire, NDLR]», présente Ronald Berger-Lefébure, président-fondateur d'iumtek, qui est hébergé par l'incubateur Incuballiance situé sur le plateau d'Orsay.

Le nouveau systèmeTX 1000 se présente dans un format entre les gros analyseurs de paillasse et les modèles portables ( voir notre article page 30 ). Même s'il n'est pas à proprement parler portable, l'analyseur d'iumtek s'installe facilement sur une (grande) table et peut ainsi être amené au plus près des échantillons dans le cadre de campagnes de mesures in situ. « Il suffit de connecter l'appareil à une prise électrique et il est opérationnel. Les différents composants (plateforme optique, laser monochromatique,spectromètre) sont paramétrables depuis l'IHM, ce qui assure un pilotage fin », souligne Ronald Berger-Lefébure. Deux modes sont proposés, l'un «utilisateur» et l'autre «expert».

En plus de pouvoir détecter l'ensemble des éléments du tableau périodique, leTX 1000 dispose d'une chambre d'analyse assez importante pour accueillir des échantillons de types et de tailles différents, des matériaux solides, des liquides et des aérosols, via des kits d'analyse (porte-échantillon) en options. « Contrairement à l'ICP [spectrométrie à plasma à couplage inductif (voir Mesures n°893), NDLR], la technologie LIBS ne nécessite aucune préparation des échantillons,à l'exception des poudres.On ne dénature ainsi pas l'échantillon, comme c'est le cas en diluant des composés à fortes teneurs en ICP », explique Kévin Boudoulec, responsable Analyses physico-chimiques chez iumtek.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap