La part des cobots dans l'industrie reste faible

Le 28/01/2020 à 0:00  
default-image-3103

PASCAL COUTANCE Directeur de la rédaction p.coutance@mesures.com

La presse technique à destination des industriels – à l'image du magazine Mesures , par exemple – a traité

la cobotique en long, en large et en travers, au cours de ces dernières années. Cette attention médiatique importante est justifiée par le fait que les robots collaboratifs apportent aux industriels une nouvelle façon d'organiser l'usine dans laquelle l'Homme et le robot peuvent travailler dans le même espace sans contrainte ni danger. Mais qu'en est-il réellement du déploiement des cobots dans l'industrie ? La

dernière étude en date récemment publiée par la Fédération internationale de robotique (IFR) et baptisée « World Robotics 2019 » indique que les cobots ne représentent encore qu'une faible partie des machines installées. Ainsi, en 2018, 422 000 robots industriels ont été installés dans le monde, mais seulement 14 000 d'entre eux étaient des robots collaboratifs. Soit à peine plus de 3 % du parc total. Ce taux de pénétration peut paraître faible – même si le marché est en forte croissance,

selon l'IFR – compte tenu de l'intérêt suscité par ces machines. Mais le fait est que le cobot est encore récent (il n'est sur le marché que depuis une petite dizaine d'années) et qu'il doit encore se faire une place dans l'industrie.

D'autant qu'il ne convient pas à tous les secteurs d'activité du fait de sa faible capacité de charge, notamment. Mais, quoi qu'on en dise, la cobotique reste bel et bien

une tendance marquante qui n'a pas vocation à remplacer la robotique industrielle traditionnelle, mais à la compléter. D'ailleurs, les grands acteurs de la robotique ne s'y sont pas trompés en ajoutant des cobots à leurs catalogues de robots industriels.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap