La radiologicielle s’embarque dans l’exposimètre portable

Le 12/11/2018 à 17:00  

L ancé il yune quinzaine d’années, à l’origine pour des chercheurs étudiant l’effet des champs électromagnétiques sur la santé dans le cadred’une étude épidémiologique, l’exposimètre portable EME Spy 200 du français MicrowaveVision Group (MVG) s’est assez rapidement retrouvé dans d’autres applications. « Ce nouveau concept,bien plus simple àutiliser et plus compact que les solutions nécessitant une antenne, un analyseur de spectre, une sonde avu ses utilisateurs se diversifier aux municipalités, qui faisaient de plus en plus souvent face aux questions,voireaux plaintes,deses habitants », rappelle Nicolas Doaré, responsable des ventes au sein de la division Environmental &Industrial Control (EIC) de Microwave Vision Group (MVG).

Avec un choix limité de bandes de fréquence prédéfinies, un problème s’est posé lorsque l’allocation des fréquences évoluait, ce qui fut le cas avec l’apparition de la 3G,puis de la 4G,etdonc de nouvelles bandes de fréquence.« Àchaque fois,ilnous fallait reconcevoir l’exposimètreet expliquer aux clients de racheter un nouveau modèle compatible », explique Nicolas Doaré. Comme l’évolution des fréquences est aujourd’hui de plus en plus rapide,lefabricant aopté, pour son nouvel exposimètre portable EME Spy Evolution, pour une architecture adaptative basée sur la radiologicielle,enlieu et place de filtres en dur.

Comme son prédécesseur, l’exposimètre EME Spy Evolution de MVG se caractérise par sa facilité d’utilisation, tout en améliorant sa flexibilité et son autonomie.

MVG propose ainsi 74 bandes de fréquence standard prédéfinies, entre 80 MHz et 6GHz, ce qui permet aux utilisateurs de disposer de tous les standards de téléphonie mondiale et de sélectionner un scénario pour une zone géographique donnée, ouau fabricant de rationaliser la fabrication des exposimètres. Les EME Spy Evolution assurent ensuite la comparaison des niveaux selon les différents services, grâce à une sensibilité de l’ordrede 20 mV/m jusqu’à 6V/m (seuil de décision du protocole ANFR [Agence nationale des fréquences]).

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap