La sonde de température s'étalonne toute seule

Le 11/09/2017 à 17:00  

L orsqu'un technicien souhaite étalonner les sondes de température installées dans son process industriel, il n'a pas vraiment le choix de la méthode. Il doit démonter chaque capteur, (faire) réaliser manuellement l'étalonnage et four-nir la documentation correspondante, ainsi que remonter chaque capteur. « En jouant notamment sur la période d'étalonnage (tous les 12 mois ou tous les 6 mois, par exemple), les industriels peuvent optimiser le rapport entre risques et coûts. Sachant qu'ils re-cherchent évidemment à procéder à des étalonnages plus fréquents, tout en réduisant les coûts », rappelle Christian Knecht, responsable du marketing Industries chez Endress+Hauser France.

'est avec cet objectif en tête ue le groupe suisse a déveoppé le premier capteur de empérature de process du arché doté d'une fonction 'auto-étalonnage. « L'iTherm rustSens TM37x est en fait un éritable laboratoire au cœur de la onde », résume Christian necht. Le nouveau capteur ntègre en effet une Pt100 lassique associée à une réfé-ence basée sur un élément n céramique avec un point e Curie de + 121 °C TrustSens). Le point de urie correspond à la tem-érature à laquelle un corps agnétique perd son ai-antation. En d'autres ermes, lorsqu'un tel élé-ent est chauffé au-delà 'une certaine température, 'ordre magnétique dispa-aît pour arriver à un état ésordonné ou paramagné-ique.

Pour les applications agroalimentaires

Mais revenons aux iTherm TrustSens TM371 et TM372. « À chaque stérilisation en place

(SIP) qui se fait à une température supérieure à + 121 °C, il y a corrélation de la valeur mesurée par la Pt100 avec le point de Curie, ce qui permet de connaître exactement l'éventuelle dérive du capteur », explique Christian Knecht. Ce processus en ligne automatisé et traçable – il est en effet possible de mémoriser les données pour 350 points d'étalonnage, d'automatiser la documentation – assure ainsi un contrôle permanent, ce qui évite le risque de non-conformités non détectées et les arrêts de production.

Destiné aux applications hygiéniques et aseptiques, le capteur de température iTherm TrustSens TM37x d'Endress+Hauser permet de procéder à des étalonnages plus fréquents, tout en réduisant les coûts.

Principe de fonctionnement

Endress+Hauser a intégré, dans le capteur iTherm TrustSens TM37x, une Pt100 classique associée à une référence basée sur un élément en céramique avec un point de Curie de + 121 °C.

Dans cette configuration, Endress+Hauser destine l'iTherm TrustSens TM37x, dont l'étendue de mesure va de - 40 à + 160 °C et qui intègre également la technologie propriétaire HeartBeat, aux applications des sciences de la vie et de l'agroalimentaire. Mais rien n'empêche de répondre à d'autres applications, par exemple en chimie, et développer des céramiques avec un point de Curie plus haut (ou plus bas). Plus de 50 raccords process stériles et hygiéniques sont d'ores et déjà disponibles (raccord fileté, Clamp, APV-Inline, Varivent, DIN 11851), et le capteur dispose des agréments EHEDG, ASME BPE, FDA, 3A, règlements n°1935/2004, n°2023/2006 et n°10/2011, CE CRN, CSA General Purpose.