«Ladirective2013/35/UE introduitlesnotionsd'effetssensorielsetsanit aires»

Le 01/04/2016 à 0:00  

Mesures.Avant d'aborder la nouvelle directive 2013/35/UE, en tant que formateur à l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) sur ce sujet, quelle est la connaissance générale des personnes sur les champs électromagnétiques?

Patrick Moureaux. Pour beaucoup de personnes encore, les champs électromagnétiques restent un peu du domaine de la boule de cristal. On peut même avancer que les champs électromagnétiques sont à l'électricité ce que l'électricité est à la mécanique en termes de perception de la part du grand public… Il y a une énorme méconnaissance, voire des a priori forts sur le sujet. Quand les CHSCT [Comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, ndlr] ou les médecins du travail me sollicitent, je vois bien que toutes ces personnes sont perdues. Les informations dont elles disposent aujourd'hui viennent de ce qu'elles lisent dans la presse généraliste ou sur Internet. Évidemment, quand on cherche « champs électromagnétiques » sur Internet, on va trouver dix pages de tout, parfois du pire (« Je suis confronté à des ondes très nocives pour la santé », la nocivité des ondes paraît acquise sans autre justification), avant d'arriver sur le site de l'INRS ou de ceux de personnes qui ont de réelles compétences sur le sujet. Du fait du déploiement de la téléphonie mobile ces quinze dernières années, il y a eu beaucoup de débats médiatisés autour de ce thème. Il ne se passait pas une semaine sans qu'il y ait un article dans la presse sur des associations ou des lanceurs d'alerte qui voulaient faire démonter des antennes. Ces personnes reprenaient des informations bien souvent sorties de leur contexte ou qui abondaient dans leur sens. Ils faisaient également référence à des études, anciennes ou parfois plus récentes, qui sont très controversées dans le milieu scientifique ou, en tout cas, qui n'ont jamais été reproduites dans des conditions similaires. À cela vient par ailleurs se greffer la notion d'hypersensibilité: certaines personnes se disent hypersensibles aux champs électromagnétiques et les employeurs sont désarmés ( voir encadré page 24 ). Évidemment, quand on est face à une source qui émet des centaines de volt par mètre (800V/m, 1000V/m, voire plus) à des hautes fréquences, en haut d'un pylône TDF ou à côté d'un dipôle de radio FM, un échauffement des parties du corps exposées peut être ressenti. De la même façon, devant une presse à souder à 27MHz, des effets connus et constatés sur le terrain ont été ressentis: les chevilles se réchauffent, par exemple, parce que les courants induits par l'exposition au champ électromagnétique sont tels que la densité de courant est suffisante pour générer une élévation de la température dans les zones de faibles sections comme les chevilles.

Mesures. Vous venez de citer trois exemples de sources électromagnétiques. Quels sont les principaux types de sources dans le domaine industriel?

Patrick Moureaux. Le groupe de travail que l'INRS anime,constitué d'ingénieurs et de techniciens provenant des centres de mesures physiques des Carsat [Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail, ndlr] de toute la France a mené, il y a quelques années,une campagne de mesures sur certaines sources que l'on savait les plus exposantes. Cette étude a été définie sur la base des compétences et de l'expérience des uns et des autres, elle n'est donc pas exhaustive.Nous nous sommes focalisés sur le milieu industriel, en excluant tout ce qui était en relation avec les radiocommunications et les télécommunications - un sujet déjà étudié et débattu. Ces principales familles de sources étaient les inducteurs, les microondes industrielles, les presses HF, le soudage électrique, les magnétiseurs/ démagnétiseurs, la magnétoscopie et l'électrolyse industrielle. Il existe des appareils de diverses puissances,de diverses tailles,des petits inducteurs de table pour chauffer des roulements à billes jusqu'aux fours à induction pour cuire des pneus de 4 m de diamètre ou des inducteurs pour faire fondre de l'acier dans les aciéries. D'ailleurs, les résultats sont toujours un peu surprenants; ce ne sont pas nécessairement les plus grosses installations qui émettent le plus de champs électromagnétiques, loin de là.

Mesures. Avez-vous des exemples d'application?

Patrick Moureaux. Le cas des inducteurs est intéressant. Les petits modèles pour chauffer des roulements à billes fonctionnent à l'air libre: le courant passe dans le conducteur et, par induction, vient chauffer le roulement à billes. Il y a donc un vrai rayonnement vers l'extérieur et vers l'opérateur qui est devant l'appareil. Les valeurs limites d'exposition [on distingue les valeurs limites d'exposition (VLE) liées à des effets internes à l'organisme et les valeurs déclenchant l'action (VA) liées à des valeurs de champs externes, voir figure 1 page 25 ] peuvent ainsi être dépassées à une distance de 50cm ou 1m. Dans le cas d'un four à induction, les industriels cherchent à économiser l'énergie et font en sorte que la conception de leur four soit telle que l'énergie d'induction soit utilisée pour chauffer, et non pour être perdue à travers des champs de fuite. Dans la pratique, aucun rayonnement, ou presque, n'est mesuré à l'extérieur de ces gros fours quand ils sont fermés pendant la phase de chauffage.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap