L’analyse demeure un impératif industriel

Le 24/03/2010 à 20:19  
default-image-3103

Le monde de l’analyse industrielle est un tout petit monde, presque marginal, presque invisible. Même le prix des plus grosses armoires d’analyseurs ne pèse pas bien lourd comparé à l’ensemble des investissements d’un site industriel. On pourrait penser qu’avec une croissance économique en panne, ce petit marché ne passe à la trappe, sans que personne ne s’en émeuve. En réalité, on peut plutôt imaginer tout le contraire. Car la crise s’inscrit dans une période où le monde industriel doit faire face aux défis de l’efficacité énergétique, de l’optimisation des procédés, de la protection de l’environnement et du développement durable. Il faut aussi prendre en compte la directive cadre de l’eau. Pourra-t-on encore longtemps faire l’impasse sur le contrôle continu des eaux et sur l’absence de d’exploitation des pics de pollution ? Il y a encore la chasse aux émissions fugitives, au CO2, aux gaz à effet de serre. Pourra-t-on encore longtemps faire des bilans sur le papier sans un quadrillage sérieux de capteurs pour savoir ce qui se passe en vrai, sur le terrain. La mesure et l’analyse sont donc essentielles. Mais elles doivent aussi apprendre à être rationnelles et plus optimisées. Elles doivent également apprendre à utiliser moins d’énergie et moins de consommables. Les lignes chauffées sur plusieurs centaines de mètres ne doivent-elles pas être remplacées par des systèmes d’échantillonnage miniaturisés ? L’apport des microtechnologies sera fondamental dans les prochaines années. A la condition qu’elles soient bien maîtrisées et bien validées.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap