Le capteur de pression différentielle passe à la fibre optique

Le 10/07/2018 à 17:00

Parmi les nombreux avantages du capteur de pression différentielle à fibre optique OPBP-A développé par FTMesures, certains utilisateurs vont apprécier l'insensibilité aux champs magnétiques jusqu'à 3 T, valeur validée par le CEA.

L a société française FTMesures s'était déjà faite remarquer l'année dernière avec le développement, en partenariat avec le canadien Opsens Solutions, de la première jauge de contraintes pelliculaire à fibre optique du marché ( voir Mesures n° 896 ). Elle fait de nouveau parler d'elle avec une autre innovation mondiale : « nous avons, Opsens Solutions et FTMesures, lancé sur le marché le premier capteur de pression différentielle à fibre optique », annonce Frédéric Bouyon, fondateur et gérant du français.

S'il existe un large éventail de technologies pour la mesure de pression, dont la technologie à fibre optique – Opsens Solutions propose depuis des années de tels capteurs –, cette dernière repose sur une mesure de déformation permettant de déterminer la pression. « À l'origine du développement de notre nouveau capteur de pression différentielle OPDP-A, c'est un projet pour un client qui recherchait une solution pour mesurer une pression différentielle de 200 mbar avec une pression statique de service de 30 bar », rappelle Frédéric Bouyon.

FTMesures s'est donc appuyé sur la technologie au cœur des capteurs de pression du canadien pour imaginer celle du nouveau capteur de pression différentielle. « Nous avons installé une membrane en verre – d'autres matériaux sont possibles selon les fluides – entre les deux pressions, pour venir mesurer les deux miroirs (pression forte et pression faible). Le capteur réalise donc une vraie mesure de pression (fluide/air) », résume Frédéric Bouyon. Du côté des spécifications, l'OPDP-A affiche une étendue de mesure allant de 0-100 mbar à 0-10 bar, pour des pressions de circuit de 30, 50, 100, 200 ou 300 bar. Il peut fonc-tionner en pression différentielle positive et négative.

Support d'un champ magnétique de 3 T

Parmi les avantages, citons une très grande précision (± 0,1 % de l'étendue de mesure), une très grande linéarité et stabilité. En plus d'une plage de température de process comprise entre - 40 et + 250 °C, d'être Atex par conception, parfaitement étanche et facile d'installation, le nouveau capteur de pression différentielle affiche une très bonne résistance aux radiations (gamma et neutrons) et est insensible aux perturbations électromagnétiques. Selon le CEA, qui a mené des tests en champs magnétiques, « le signal est très stable et, même si des écarts sont observés, ils se produisent lorsque la pression est modifiée et non lorsque le champ magnétique est modifié. La différence atteint 0,1 % de la pleine échelle qui reste très faible. […] Le champ magnétique a été augmenté jusqu'à 3 T sans modification du comportement. Cette technologie peut donc être adaptée au rayonnement nucléaire en choisissant, par exemple, correctement le matériau de la fibre optique ». Les applications typiques identifiées par FTMesures pour l'OPDP-A sont les mesures de niveau, de volume ou de la masse dans les liquides, la surveillance de la pression différentielle, au niveau de filtres et de pompes, par exemple, ainsi que la mesure de débit volumique ou massique avec des organes déprimogènes dans les gaz, les vapeurs et les liquides. « Notre concept novateur fait l'objet de brevets dans plusieurs pays, et la société Benoît & Côté a été surprise que l'examinateur ne soulève aucune objection à la demande de brevet internationale, car cela est plutôt rare », indique Frédéric Bouyon.