Le cobot Melfa de Mitsubishi Electric

Le 06/09/2018 à 0:00  

Aindustrielle et de la cobotique lors que la plupart des ténors de la robotique industrielle commercialisent déjà au moins un robot collaboratif (cobot), Mitsubishi Electric, dont la réputation n'est plus à faire en matière de robots industriels, faisait jusqu'ici figure de retardataire dans ce domaine. Mais en 2018, le japonais a comblé son retard avec l'arrivée de son premier véritable cobot nommé Melfa. Mais si le groupe a mis tant de temps pour dévoiler son premier robot collaboratif, cela n'est pas dû au hasard. « L'important lorsqu'on lance un produit, ce n'est pas forcément d'être le premier sur le marché, mais plutôt d'avoir le bon timing pour arriver avec le bon produit au bon moment en proposant une solution correspondant aux réels besoins des industriels, et je pense que notre premier cobot réunit ces conditions », argumente ainsi Olivier Jourdon, responsable grands comptes pour la division Automatisation Industrielle de Mitsubishi Electric Europe. Pour cela, le japonais a dû résoudre une équation complexe. « D'un côté,nos clients attendent de nous que nous leur fournissions des produits fiables et de qualité,comme ce à quoi ils sont habitués avec nos robots industriels depuis plus de 40 ans. De l'autre, il fallait que notre nouveau produit reprenne tous les codes de la cobotique, en termes de sécurité intrinsèque – afin de fonctionner sans cage de protection, dans le même espace que l'opérateur, sans danger pour ce dernier – mais aussi de simplicité d'installation et d'utilisation.Et bien sûr, il fallait se conformer aux normes de cobotique TS 15066 et ISO-10218-1 en vigueur. Bref, avec ce premier cobot, je dirais que nous avons associé le meilleur de la robotique industrielle et de la cobotique au sein d'un même produit », explique M. Jourdon.

Avec son cobot Melfa, Mitsubishi Electric vise, entre autres applications, l'automobile, l'industrie agroalimentaire, la cosmétique, et plus généralement, toutes les applications de type pick & place.

Les performances mêmes du robot collaboratif de Mitsubishi font état de cette dualité.Ainsi affiche-t-il une précision de répétabilité de ± 0,02 mm, à la hauteur des performances de ses robots industriels, et cela malgré l'utilisation de capteurs de force et de couple sensibles. Mais sa capacité de charge (entre 5 et 6 kg) et sa portée (entre 800 et 1 000 mm) rappellent qu'il s'agit bien d'un cobot. Sa vitesse maximale aussi, à savoir 1 m/s.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap