Le Débitmètre À Ultrasons Apte Pour La Distribution De Gaz

Le 01/03/2013 à 17:00  

P ersonne ne peut contester la demande croissante en énergie à travers le monde et, suite aux événements qui se sont produits à Fukushima, le gaz naturel a de nouveau la cote.Cela se traduit par la diversification des technologies d'exploration, par un accroissement des capacités de fabrication et de transport et une accentuation de la prise en compte des enjeux environnementaux. Fort de ce constat, l'allemand Sick vient de dévoiler le débitmètre à ultrasons pour gaz Flowsic 500, destiné au comptage transactionnel au niveau de la distribution du gaz naturel ( downstream ). Il vient compléter le Flowsic 600 développé pour les segmentations midstream (traitement, stockage, transport, raffineries) et upstream ( offshore , on-shore , production, torchères).

« Entre chaque segmentation, les enjeux du comptage transactionnel sont essentiels,en particulier entre les postes d'interface transport/distribution et le réseau acheminant le gaz naturel jusqu'aux industriels, affirme Philippe Gunia, responsable de la filière Oil & Gas chez Sick France. Il s'agit en effet de limiter au maximum les pertes liées à l'inexactitude de mesure des compteurs mécaniques traditionnels à turbine, à pistons rotatifs. Cela peut conduire à des écarts de facturation d'un montant de 300 000 euros entre une verrerie et son fournisseur de gaz ! »

Se substituer à un débitmètre mécanique

Sur le Flowsic 500, ne cherchez pas les sondes que l'on installe d'ordinaire de part et d'autre de la canalisation avec un débitmètre à ultrasons à temps de transit. Les innovations que Sick a développées pour son nouveau débitmètregaz font que tout est intégré dans la cartouche de mesure. «Nous avons réussi à réduire la taille du système de façon à pouvoir substituer un débitmètre mécanique par un Flowsic 500. Pour y parvenir, nous avons conçu un conditionneur d'écoulement breveté afin d'obtenir les conditions optimales au niveau de la section de mesure située après le demi-tour dans le flux descendant et où sont installés les capteurs », explique Philippe Gunia.Le conditionneur assure un profil d'écoulement reproductible,évitant le respect de longueurs droites amont et aval et donc réduisant significativement l'encombrement.

Le débitmètre à ultrasons Flowsic 500 limite au maximum les pertes liées à l'inexactitude de mesure des compteurs mécaniques traditionnels, inexactitudes qui peuvent engendrer des différences de facturation de plus plusieurs centaines de milliers d'euros sur la consommation de gaz naturel.

Sick

Toujours dans la partie méca-nique, les capteurs en titane sont optimisés pour le gaz naturel grâce à un design miniaturisé, minimisant ainsi les influences sur l'écoulement du gaz. Leur fréquence de fonctionnement élevée de 350kHz les rend insensibles au bruit ambiant de la canalisation, comme celui généré par un système de détente en amont. Le Flowsic 500 se distingue par ailleurs par une nouvelle électronique basse consommation, qui autorise désormais cinq années d'autonomie sur batteries (en option). « L'utilisateur dispose également d'une mémoire non volatile pour stocker paramètres et code du pro-gramme, d'un journal d'événements, d'autodiagnostics avancés (détection de tout changement dans les conditions de mesure, déclenchement d'alarmes si la précision sort d'une plage définie…), d'un agencement clair de l'écran associé à quatre touches pour une navigation plus aisée » , ajoute Philippe Gunia.

Une rangeabilité de 100: 1

En termes de spécifications, le Flowsic 500 répond aux capacités de distribution comprises entre 40 et 1000m 3 /h et aux pressions allant de 30 mbar à 20 bar. Il existe en quatre versions de diamètre nominal : DN50 (cote de 150 ou 171mm) pour un débit de 1,3 à 160m 3 /h, DN80 (171 ou 241mm) pour 2,5 à 400m 3 /h, DN100 (241 ou 300mm) pour 4 à 650m 3 /h et DN150 (450mm) pour 4 à 1000m 3 /h. Il affiche une rangeabilité de 100: 1, une précision de classe 1 OIML (erreur limite typique inférieure à ±0,5% de 0,1 Q max à Q max ), une répétabilité inférieure à 0,1%, des conditions de procédé comprises entre - 25 et +60°C (-40 à +70°C en option) et entre 0 et 16 ou 20 barg. « La rangeabilité de 100: 1 permet une très grande large gamme de débit et donc de ne mettre en œuvre qu'un seul compteur sans circuits de by-pass » , précise Philippe Gunia. Parmi les autres caractéristiques, citons trois sorties TOR (Tout-Ou-Rien), une sortie standard NAMUR ou un port RS-485 Modbus RTU, une interface optique pour la maintenance locale, un écran pouvant pivoter à ± 90°, des agréments Atex, IECEx, CSA, 2004/22/EC MID-002, OIML R137 1&2, 2012, etc.