Le débitmètre électromagnétique se modernise

Le 22/05/2018 à 17:00

C 'est à l'occasion de l'édition 2018 du salon Mesures Solutions Expo (MSE), qui s'est déroulée les 28 et 29 mars derniers à Lyon (Rhône), que l'allemand Kobold Messring a présenté le débitmètre électromagnétique MIM. Au-delà de l'extension de sa gamme de débitmètres, il s'agit, pour le fabricant,de proposer un modèle résolument moderne. « L'idée à l'ori-gine de son développ ment était d'améliore le modèle existant MIK, avec son corps en plastique, en proposant un produit plus à la page et avec une certaine universalité – très peu d'informations devaient être nécessaires pour le définir », E é s d l rappelle Jacques Marionneau, directeur général de Kobold Instrumentation.

En complément du MIK, le débitmètre électromagnétique MIM de Kobold se distingue notamment par la facilité de son paramétrage. C'est d'ailleurs le premier produit IO-Link du fabricant.

C'est ainsi que le futur utilisateur d'un MIM n'a plus qu'à choisir la taille, donc l'étendue de mesure (0,0410l/min à 0,4-100l/min; débit bidirectionnel), toutes les autres fonctions étant en standard. « Sans manuel, il est très facile de paramétrer, par boutons tactiles – même avec des gants –, l'affichage (orientation par pas de 90° de l'écran TFT couleur tactile 1,4 pouce 128 x 128 pixels, une ou deux mesures, unité) les deux sorties (0/420 mA, 0-10V, fréquence, contact, impulsions et/ou IO-Link) », indique Jacques Marionneau. C'est d'ailleurs le premier produit IO-Link dans le catalogue de Kobol.

Pas de multiplication des options

Du côté des autres caractéristiques, on trouve une précision inférieure à ±0,8% de la mesure (+0,5% de la pleine échelle), une mesure de température (-30°C à +100°C), deux totalisateurs en standard, dont l'un avec remise à zéro, une fonction de dosage avec entrée contact possible, etc. Le débitmètre MIM se distingue également par sa compacité (68x68x 72 mm), un design tout métal avec des raccords filetés inox et un boîtier inox IP67 lui conférant une résistance à de fortes contraintes mécaniques ou environnementales. « Ce nouveau modèle s'adapte à de très nombreuses applications, sans avoir recours à de multiples options », conclut Jacques Marionneau.