Le microscope stéréoscopique 3D DRV-Z1 de Vision Engineering

Le 18/09/2019 à 0:00
default-image-3103

Cnotamment par une réelle per eux qui ont eu l'occasion d'utiliser un microscope binoculaire pendant plusieurs dizaines de minutes, voire des heures, savent que l'on fatigue assez vite, au détriment de la précision des opérations à faire, et donc de la qualité du travail effectué. Fort de son expérience dans le développement d'instruments optiques, et de plus en plus numériques aujourd'hui, depuis sa création en 1958, le britanniqueVision Engineering a conçu le nouveau microscope stéréoscopique DRV-Z1 (DRV pour Deep RealityViewer).

Le microscope DRV-Z1, premier modèle de Vision Engineering doté de la technologie TriTeQ3, apporte une ergonomie, une facilité d'utilisation et une perception sensorielle maximales.

« Ce microscope aux fonctionnalités traditionnelles intègre en fait, pour la première fois dans cette catégorie d'appareils, une technologie innovante, voire révolutionnaire, qui apporte une ergonomie, une facilité d'utilisation et une perception sensorielle maximales,sans que l'utilisateur se retrouve isolé de l'environnement autour du microscope », résume Alain Deschamps, directeur deVision Engineering France. La conception « révolutionnaire » brevetée, baptisée TriTeQ3, est une technologie d'affichage 3D numérique. L'architecture optique, basée sur des petits écrans, des lentilles et un miroir concave, permet de créer des images stéréoscopiques 3D en Full HD. « Grâce à un jeu d'angles, les images arrivant sur les yeux de l'opérateur sont plus grandes que la surface des yeux, ce qui assure certaine liberté de mouvement.On a l'impression que les images “flottent” devant un miroir. Notre technologie TriTeQ3 garantit également une réelle perception de la profondeur,et ce sans utiliser

ni moniteur, ni lunettes spéciales ni casques de réalité virtuelle », affirmeAlain Deschamps.

En assurant un grossissement allant de x10 à x200 et une visualisation à distance –l'opérateur ne passe plus sa journée les yeux rivés à la binoculaire du microscope–, le premier modèle

DRV-Z1 basé sur la technologie TriTeQ3 permet la coordination de la main à l'œil (effet « levier de vitesse»), d'où la réduction significative de la fatigue et l'amélioration de la vitesse des tâches de manipulation, de la précision de soudage, d'ébavurage ou de ré-usinage.

Applications en contrôle qualité

Si le nouveau microscope peut répondre aux exigences de contrôle qualité dans l'électronique (inspection et retouche de circuits imprimés), l'automobile, les industries aérospatiales et toutes autres applications de précision (analyse d'échantillons biologiques en 3D, sans risquer d'endommager les tissus par la chaleur, par exemple), son prix de l'ordre de 18000 euros le destine toutefois à des applications à forte valeur ajoutée.

Mention Spéciale

Caméra à quadruple polarisation d'image XCG-CP510 de Sony

En sortant un premier modèle XCG-CP510 basé sur son capteur Cmos IMX250MZR, Sony a inauguré une nouvelle gamme de caméras pour exploiter la technologie de polarisation d'image. Le capteur, de taille 2/3 de pouce et à obturateur global shutter, réalise une quadruple polarisation des images de 5,1 mégapixels (2 448 x 2 048 pixels) suivant des angles différents (0°, 45°, 90° et 135°) en une seule prise. En lançant cette caméra qui fournit des images polarisées monochromes à une cadence de 23 trames/s via une interface GigE, Sony cible tout particulièrement les applications d'analyse de contraintes, d'amélioration du contraste, de réduction des reflets, de détection de rayures ou encore de reconnaissance de forme, intervenant aussi bien dans l'automatisation industrielle que dans le domaine de la sécurité ou des systèmes de transport intelligents.