Le sans-fil victime d'un certain conservatisme de l'industrie?

Le 09/05/2016 à 0:00  

Avec les smarphones, tablettes, ordinateurs en tout genre et désormais avec les objets connectés, le sans-fil inonde notre quotidien. Mais dans les applications industrielles, cette technologie peine encore à réellement percer, en particulier dans les instruments de process ( voir notre article en page 24 ).

Pourtant, tout semble réuni pour que le sans-fil s'impose également dans ce type d'applications : les technologies et les réseaux sans fil sont aujourd'hui maîtrisés, les protocoles de communications dédiés sont standardisés (WirelessHart, ISA100.11a…), l'offre produits s'étend d'année en année, et les avantages du sans-fil par rapport au filaire sont connus : facilité de mise en œuvre, réduction du coût d'infrastructure liée à l'absence de câblage pour la transmission des données, accès aux données y compris dans les endroits difficiles d'accès, etc. Pourtant, il y a quelque chose qui coince auprès des industriels : une certaine méfiance envers le sans-fil liée au fait qu'un tel réseau peut constituer un point d'entrée, et par conséquent une faille potentielle, dans le système informatique du site industriel. Mais ce risque est-il plus grand que celui de tomber sur un opérateur malveillant ? Pas si sûr, d'autant que les protocoles de communications sans fil à vocation industrielle sont de mieux en mieux armés pour contrer ces cyberattaques.

PASCAL COUTANCE Rédacteur en chef p.coutance@mesures.com

Certains industriels ne sont-ils pas tout simplement d'un naturel conservateur et méfiant envers les nouvelles technologies ? Possible. En tout cas, une chose est sûre : rares sont, dans l'industrie, les technologies qui se sont imposées en moins d'une décennie. Et le sans-fil ne semble pas déroger à la règle.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap