Le Spectromètre De Masse Analyse Jusqu'à 80 Points De Mesure

Le 01/10/2013 à 17:00  

De par ses performances (une limite basse de détection de 10 ppb), le spectromètre de masse MAX300-IG à double détecteur d'Extrel, que distribue Sistec en France, répond aux exigences des mesures de traces.

D epuis quelques mois, le français Sistec, distributeur spécialisé dans les solutions analytiques, représente en France l'américain Extrel. Cette société située à Pittsburgh en Pennsylvanie conçoit et fabrique des équipements et des composants dédiés à la spectroscopie de masse, et notamment la série de modèles quadripôles MAX300 destinée aux procédés industriels (versions MAX300-IG et IGX Atex) et aux applications de laboratoire(versionMAX300-LG). « Certains industriels nous demandaient des choses que nous ne pouvions pas forcément faire avec nos technologies d'analyse optiques (laser, infrarouge,FTIR,chimiluminescence).Soit pour des raisons de limites de détection trop basses ou de temps d'analyse,soit parce que les composés gazeux en question étaient très difficiles à couvrir. L'intérêt majeur de la spectrométrie de masse réside dans le fait que l'on peut théoriquement tout mesurer », explique Juliette Poupeney, chef de projets, coordination des ventes chez Sistec. La seule limite concerne les composés ayant des masses équivalentes.

Côté performances,les MAX300, qui intègrent une nouvelle génération de composants, permettent l'identification et la quantification de molécules isolées et/ou de matrices complexes, à travers un mélange de gaz, dans une étendue de mesure comprise entre 2 et 250 amu, voire 300 en option, et ce en quelques secondes. Si la limite haute de détection est de plusieurs pourcents, voire 100 %, la limite basse est de 10ppm avec le détecteur à cage de Faraday et de 10ppb avec le double détecteur (cage de Faraday et multiplicateur d'électrons). « De par ses performances,le double détecteur répond ainsi aux exigences des mesures de traces. La commutation entre les deux détecteurs est automatique », ajoute Juliette Poupeney.

Parmi les autres spécifications, citons une précision d'analyse de ±0,0025 absolue et une stabilité sur 30 jours de ±0,005 absolue (avec une concentration d'argon de 1% ans les deux cas). En plus des deux types de détecteur, chaque spectromètre de masse MAX300 comprend un ioniseur et une filtration par quadripôle, associés à des électroniques et logiciels de traitement. Le système d'ionisation intègre d'ailleurs deux filaments, l'un actif et l'autre qui sert en cas de problème avec le premier (changement automatique), d'où une maintenabilité accrue. Dernier atout, chaque spectromètre de masse peut traiter 16 points d'entrée en standard et jusqu'à 80 échantillons en option, via des vannes multivoies. « Comme le système d'échantillonnage se trouve dans l'appareil, aucun appareillage supplémentaire n'est requis » , indique Juliette Poupeney. Si besoin, un by-pass est disponible pour contrôler la présence du bon gaz.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap