Les analyseurs de spectre milieu de gamme sont taillés pour l'avenir

Le 30/03/2019 à 17:00  

A vec l'arrivée de la 5 e génération des télécommunications (5G), les fréquences utilisées vont au-delà de 40GHz et les ingénieurs recherchent des solutions de test et de mesure disposant également de bandes d'analyse de plusieurs centaines de mégahertz. « Si les analyseurs de spectre haut de gamme proposent d'ores et déjà de telles capacités,et même bien plus encore,ces performances doivent se démocratiser dans les appareils milieu de gamme », constate Frédéric Molina, responsables produits Analyseurs de spectre chez Rohde & Schwarz France.

En plus de l'amélioration de certaines performances pour répondre aux exigences de la 5G, Rohde & Schwarz a également ajouté de nouvelles fonctionnalités facilitant la vie des utilisateurs, telles que SCPI Recorder ou la possibilité de créer des actions basées sur des événements.

C'est la raison pour laquelle le fabricant allemand a profité du développement de la nouvelle génération de sa plateforme d'analyse de spectre milieu de gamme et d'usage général FSV3000/ FSVA3000 pour intégrer un certain nombre de spécifications et fonctionnalités permettant de répondre aux exigences de la 5G. Les deux séries existent chacune en cinq modèles différents, selon leur gamme de fréquence, à savoir de 10Hz à 4GHz, 7,5GHz, 13,6GHz, 30GHz ou 44GHz. Les successeurs des FSV et FSVA se différencient surtout au niveau du bruit de phase et de la largeur d'analyse.

Les FSV3000 et FSVA3000 présentent respectivement un bruit de phase, à 10kHz de la porteuse, inférieur à - 107 et - 120 dBc/Hz, au lieu de - 106 et - 115 dBc/Hz pour les FSV et FSVA, ainsi qu'une largeur d'analyse de 28MHz inchangée en standard, mais atteignant désormais 200 ou 400MHz avec les options respectives B200 et B400. « Le bruit de phase du FSVA3000 est plus faible que celui du FSVA, en particulier à proximité de la porteuse [les fréquences de la porteuse sont différentes: 1GHz pour les FSV/FSVA3000 et 500MHz pour les FSV/FSVA, NDLR]. Et il n'y a plus la coupure à 7,5 GHz,qui se traduisait par une largeur d'analyse de 160 MHz en option en deçà et la non-disponibilité au-delà avec le FSV », indique Frédéric Molina.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap