Les bus de terrain traditionnels ont encore de l'avenir

Le 28/02/2018 à 0:00  

Les protocoles basés sur Ethernet procurent de nombreux avantages, comme une topologie de réseau plus libre et une facilité de diagnostic en cas de problème.

Beckhoff Automation

P our expliquer le fonctionnement des réseaux de communication, Grégory Thami, responsable du réseau de distribution de HMS, fait l'analogie avec les routes: « Tout comme il existe des départementales, moins rapides, et des autoroutes, les bus de terrain utilisant des liaisons série ne permettent pas d'échanges de données aussi rapides que sur un réseau Ethernet. » Avec la croissance des réseaux et des besoins en termes de communications, l'industrie se convertit petit à petit à l'Ethernet. Mais les équipements industriels ayant des durées de vie allant jusqu'à plusieurs dizaines d'années, cette évolution est progressive. Les équipements récents sont nativement compatibles avec les réseaux Ethernet. Mais ils doivent cohabiter avec l'existant, qui utilise toujours des liaisons série, voire d'autres types de réseaux.

En plus de la question du support physique, les réseaux industriels mettent en jeu de nombreux protocoles.Même s'ils communiquent sur le même réseau et sont tous constitués de données numériques, ils ne sont pas interopérables. « Les véhicules qui empruntent une même route ne sont pas identiques, illustre Grégory Thami . On peut voir le protocole comme une voiture. C'est une capsule qui contient l'information. » On trouve donc des protocoles différents sur chaque type de réseaux. Faut-il impérativement uniformiser tout cela pour optimiser le réseau industriel? Pas forcément. « On essaie parfois d'opposer les réseaux,alors qu'ils sont plutôt complémentaires », résume Frédéric Splittgerber, chef de produit Digital Factory chez Siemens.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap