Les convertisseurs de température Atex

Le 19/10/2017 à 0:00  

uelle que soit l'application, connaître la température à Q chacune des étapes d'un procédé industriel se révèle bien souvent, pour ne pas dire tout le temps, indispensable pour contrôler et optimiser le process. Mais disposer des mesures fiables n'est pas aussi évident que d'aucuns pourraient l'imaginer. « La mesure de température est l'une des plus complexes à réaliser, car elle est influencée par de nombreux paramètres, tels que la température de la paroi », rappelle Titouan Fèvre, du support technique de Baumer France.

Au-delà de disposer de mesures fiables pour contrôler leurs procédés, certains industriels doivent également mettre en œuvre des points de mesure de température pour garantir la sécurité des biens et des personnels intervenant à proximité. Et bien souvent la certification à la Directive Atex est obligatoire.

Endress+Hauser

C'est toute la chaîne de mesure qui fait la qualité d'une mesure de température, comme celle de n'importe quelle autre grandeur physique d'ailleurs, du capteur au logiciel, en passant donc par l'électronique, à savoir le convertisseur. « Il s'agit de convertir le signal d'une sonde de température à résistance ( Resistance Temperature Detector ou RTD) ou d'un thermocouple – un signal de faible niveau, de l'ordre de quelques dizaines d'ohms ou de quelques millivolts respectivement – en un signal analogique de plus haut niveau, plus approprié à une transmission sur de grandes distances vers un afficheur, un enregistreur, un automate, un SCADA ou un système de contrôle-commande numérique, à travers un environnement bruité », explique-t-on chez Moore Industries, fabricant américain distribué en France par Mesure Process-Control (MPC).

Au-delà de disposer de mesures fiables pour contrôler leurs procédés, certains industriels doivent également mettre en œuvre des points de mesure de température pour garantir la sécurité des biens et des personnels intervenant à proximité. Ce qui ne laisse aucune place à l'« imprécision »… On entre ici dans le monde pas si petit de la Directive Atex. « La certification Atex est limitée à la Communauté européenne des pays soumis à la Directive Atex 2014/34/UE. La certification IECex, elle, est valable à l'international, dasn des pays comme Australie, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande », explique Thierry Vigneron, directeur général France et Belgique de PR electronics. Dans la mesure où les normes sur lesquelles la Directive Atex et l'IECEx se basent sont les mêmes, à savoir la série de normes IEC 60079, l'échange des équipements et des services à l'international en est grandement facilité.

« La demande est liée aux investissements dans tous les process où peuvent se trouver des atmosphères explosibles (Atex), par la présence de gaz ou de poussières », précise-t-il. « Les secteurs pour les convertisseurs de température Atex sont ceux où nous sommes déjà très bien implantés : le pétrole et le gaz, la chimie et la pétrochimie, ainsi que, dans une moindre mesure, l'énergie », liste Xavier Buire, responsable Produits Niveau et température chez Emerson Automation Solutions France.

On distingue deux types de montage : les convertisseurs dits pour tête de sonde sont montés directement sur le capteur, les convertisseurs à montage en rail DIN sont séparés de la sonde et montés dans une armoire, permettant de ramener le signal de température en zone sûre.

Krohne

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap