Les Organisations Ff Et Hcf Ont Validé Leur Fusion

Le 01/11/2014 à 17:00  

E ncette année 2014, la Fieldbus Foundation (FF) connaît deux grands événements, à savoir ses 20 ans d'existence et l'annonce de la fusion avec la Hart Communication Foundation (HCF). Les 20 bougies ont été soufflées à l'occasion de la Foire de Hanovre, qui s'est tenue du 7 au 11 avril dernier, et ce fut l'occasion de revenir sur les grandes étapes de l'organisation internationale à but non lucratif en charge du protocole de communication Foundation Fieldbus.

Un bus numérique ouvert

Dans le cadre de la recherche d'un standard de communication numérique, c'est en 1994 que deux consortiums de fabricants, InterOperable Systems Project (ISP) et WorldFIP North Americala, ont fusionné pour créer la Fieldbus Foundation. « L'objectif de l'organisation était, et est toujours, de permettre la collaboration entre fabricants de systèmes de contrôle-commande et d'instrumentation, utilisateurs finaux, académiques et tout autre acteur intéressé par un protocole numérique, ouvert et non propriétaire en automatisation des procédés industriels. C'est ainsi qu'a été développée la spécification FF, le seul bus bidirectionnel complètement numérique du marché (le protocole Hart met en œuvre un signal numérisé qui est superposé au signal analogique 4-20 mA) », rappelle Marc Van Pelt (Pepperl+Fuchs), vice-président EMEA de la Fieldbus Foundation.

Preuve de la large acceptation du Foundation Fieldbus dans l'industrie, l'organisation a testé et breveté plus de 577 produits uniques différents et plus de 150 piles de communication, soit environ 2 millions d'appareils de terrain en service dans plus de 20 000 systèmes installés dans le monde entier. En 2011, les bus de terrain FF représentaient 74% du marché total des bus de terrain de process, et les ventes totales atteignaient 1,3 milliard de dollars, en croissance plus rapide que celle du marché général des bus de terrain. La Fieldbus Foundation compte aujourd'hui plus de 350 sociétés adhérentes, dont 142 membres votants, et n'a cessé d'améliorer la spécification d'origine et d'en développer d'autres, telles que les technologies Foundation SIF ( Safety Instrumented Functions ) et Foundation for Remote Operations Management (ROM).

Marc Van Pelt, vice-président de Fieldbus Foundation EMEA : « En regroupant les forces de la Fieldbus Foundation et de la Hart Communication Foundation, nous aurons le poids nécessaire pour harmoniser les standards, ce qui bénéficiera aux utilisateurs finaux. »

DR

« Harmoniser les standards pour séduire les utilisateurs »

L'autre grande annonce concerne la fusion de la FF et de la HCF en une nouvelle organisation industrielle dédiée au développement, à la gestion et à la promotion des standards mondiaux pour l'intégration des appareils dans des architectures de systèmes d'automatisation des procédés. Les premières discussions remontent à un peu plus d'un an, mais la dernière étape, à savoir l'approbation par les membres des deux organisations, a été faite le 30 août dernier. Ce rapprochement ne vient pas de nulle part, la FF et la HCF ayant déjà eu l'occasion de collaborer au développement de l' Electronic Device Description Language (EDDL) et plus récemment à l'élaboration de la Field Device Integration (FDI). Des tests bêta ont d'ailleurs été menés cette année, et la spécification FDI et les outils de développement devraient bientôt être disponibles.

Le nouveau consortium, baptisé FieldComm Group, sera dirigé par un conseil d'administration composé des représentants des entreprises issues de ceux des deux organisations (près de 75% des membres sont communs) et présidé par Hans-GeorgKumpfmueller - il supervisera également l'ajout de la spécification FDI vers mi-2015. Le conseil d'administration a par ailleurs nommé Ted Masters et Rich Timoney respectivement président et directeur général et vice-président exécutif du FieldComm Group. Le consortium, dont les bureaux se situeront à Austin au Texas (Etats-Unis), deviendra une entité légale unique à partir du 1 er janvier 2015, la FF et la HCF continuant d'ici là à fonctionner comme avant. « Cette initiative s'appuie sur le fait que les deux organisations ont la même vision, à savoir plus de numérisation. En regroupant nos forces, nous aurons ainsi le poids nécessaire pour harmoniser les standards, ce qui bénéficiera aux utilisateurs finaux.En attendant,la nouvelle organisation servira de “parapluie” sous lequel les deux spécifications existeront dans un avenir proche » , précise MarcVan Pelt.