Les positionneurs de vannes

Le 23/12/2019 à 0:00  
default-image-3103

D ans tous les types d'industries [voir encadré page 39], on rencontre des vannes de régulation, qui sont mises en œuvre pour interagir sur une grandeur physique, à savoir contrôler la température, la pression ou encore le pH d'un procédé », rappelle Daniel Arnold, responsable produits Instruments Fisher pour l'Europe chez Emerson Automation Solutions. Quel que soit le type (papillon, guillotine, rotative, à clapet, à boisseau, à membrane, etc.), une vanne est un ensemble de pièces mécaniques, qui ne transmet pas nor-malement de valeurs de process, contrairement à un capteur de température ou un débitmètre à effet Coriolis. « Si les vanniers ont en charge la robinetterie, comme il s'agit de régulation, c'est pourtant bien l'instrumentiste qui interviendra sur les vannes de régulation, et en particulier sur les positionneurs, déployées sur un site industriel », constate Marc Khidichian, ingénieur commercial Région Est IDF au sein de la division Industrial Automation-IAMA Measurement & Analytics d'ABB France. Une vanne de régulation ne se résume pas à sa seule partie mécanique, à savoir la « robinetterie » et l'actionneur, mais on prend en compte également le positionneur, que l'on pourrait appeler le « cerveau » de la vanne. « Même si le positionneur n'est vu que comme un accessoire de vanne, tels que les détecteurs de fin de course, les boosters de volume, les filtres/régulateurs d'air, etc. », précise Lakmate M'Bata, chef produits Positionneurs chez Schneider Electric France.

Le type de positionneurs le plus couramment déployé dans les procédés industriels est la technologie électropneumatique. Les positionneurs pneumatiques sont en perte de vitesse, tandis que les modèles numériques gagnent de plus en plus du terrain.

Schneider Electric

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap