Les tags RFID deviennent de véritables capteurs

Le 01/11/2015 à 0:00  

Les transmetteurs de la série Web Sensors sont à la base des modèles sans aucune sortie analogique, dotés juste d'une interface Ethernet.

D ans le domaine de la mesure des grandeurs physiques, on peut penser que tout a déjà été conçu, développé et fait. Et pourtant, à l'occasion du salon Intelligent Building Systems (IBS), qui s'est tenu les 7 et 8 octobre 2015 à Paris Expo - Porte deVersailles, TH Industrie, société spécialisée dans la distribution d'instruments de mesure, a prouvé le contraire. Elle a en effet dévoilé les premiers capteurs RFID du marché, développés par l'espagnol Farsens. « D'ordinaire, les tags, ou chips, RFID ( Radio Frequency IDentification ou radio-identification) sont mis en œuvre dans les applications d'identification, mais pas dans les applications de mesure. Farsens a néanmoins réussi à développer un tag RFID et une antenne associés à un capteur », explique Stéphane Coupeau, responsable commercial et technique chez TH Industrie.

On trouve ainsi toute une gamme de capteurs pour les mesures de température (Pyros; - 50 à +300°C selon le modèle), d'humidité dans le sol (Hydro-H401), de température et d'humidité relative en ambiant (Hygrofenix-H221 ; 0 à +60°C et 0 à 100% HR), de suivi de résistance (Rmeter-MA10 ; 100 O à 1 MO), de la lumière ambiante (Shadow-L1085), d'accélération triaxiale (Kineo-A2DH;±2 à ±16g), de champ magnétique 3D (magneto-M3MDL ; ± 4 à ± 16 gauss), de tension (Vmeter-LV10 avec 1 voie et QVmeter-LV10 avec 4 voies; 0 à 1,5V avec un gain réglable de 1 à 1000, etc.). « Et n'oublions surtout pas le Led-Tag: ce tag qui s'est identifié s'éclaire, ce qui permet d'aider à une meilleure visibilité pour les utilisateurs. En théorie, toutes les grandeurs physiques peuvent être mesurées par l'intermédiaire de capteurs RFID. Il suffit en fait de récupérer une tension ou un courant. Pour TH Industrie, ces capteurs viennent par exemple en complément des enregistreurs de données du suisse MSR », poursuit Stéphane Coupeau.

Farsens a réussi à développer un tag RFID et une antenne associés à un capteur, alors que les tags RFID sont d'ordinaire cantonnés à l'identification.

Farsens

Ces capteurs RFID ont un grand avantage, à savoir leur autonomie « infinie », en plus d'être sans fil. Il n'y a en effet pas besoin d'une alimentation électrique.A l'instar des tags RFID classiques, ils ne sont alimentés que lors de la lecture des données par l'interrogateur. « Les utilisateurs doivent faire attention au fait qu'il n'y a pas de mémoire dans les capteurs RFID », précise Stéphane Coupeau. En ce qui concerne l'antenne, il en existe différents types, ce qui permet de trouver la configuration la mieux adaptée à chaque application, en évitant toujours de câbler les capteurs. Les applications visées sont le stockage de matières premières afin d'assurer une gestion optimisée des stocks,et donc de réduire les coûts, la surveillance de salles informatiques, etc.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap