Les vannes ¼ de tour se dotent d'intelligence

Le 28/01/2019 à 17:00  

D ans le cadre d'une démarche de numérisation, la remontée d'informations est l'une des premières étapes clés que les entreprises doivent mettre en œuvre pour parvenir à devenir une usine du futur. S'il existe de plus en plus de solutions connectées sur le marché, il ne demeure pas moins que de nombreux équipements déjà en place ne permettent pas intrinsèquement de remonter les données qui les concernent pour être exploitées.

Avec le détecteur de position MVQ d'ifm electronic, différents diagnostics (discordance, comptage de cycles, contrôle d'usure de joints, etc.) sur une vanne ¼ de tour sont disponibles via l'interface IO-Link.

À l'occasion de la 28 e édition du salon Pollutec, qui s'est déroulé du 27 au 30 novembre 2018 à Lyon Eurexpo (Rhône), l'allemand ifm electronic présentait notamment le détecteur de position MVQ pour les vannes et actionneurs ¼ de tour standard (VDI/VDE 3845, soit 80 x 30 mm). « Nous continuons à pousser notre offre IO-Link, en développant notamment des maîtres pour remonter l'information, des capteurs de vitesse de rotation, etc. », rappelle Frédéric Saint Jean, chef de produits chez ifm electronic France. Le détecteur de position MVQ101 de la famille Smart Valve Sensor (SVS) Basic IO-Link vient en effet compléter les détecteurs doubles AS-Interface (AS-i) pour actionneurs ¼ de tour pneumatiques ACS2310 et ACS2316, ainsi que les modèles IN5000 et NN500.

En plus de fournir en continu la position de la vanne (zone de détection de 360° avec une résolution et une répétabilité de 0,1°), les autres fonctionnalités du nouveau détecteur sont l'indication lumineuse de la position de la vanne (indication visible à grande distance), le paramé-trage par bouton « teach » inductif ou via l'interface de communication IO-Link et des fonctions de diagnostic. Le détecteur MVQ permet ainsi de configurer les fonctions nécessaires à l'application par logiciel de paramétrage (LR Device) ou par un bouton-poussoir inductif (fonctions de base).

Détecter l'usure du joint, par exemple

Les positions finales de la vanne peuvent être apprises librement, et la tolérance de détection peut être ajustée. Un troisième seuil de commutation peut également être défini, par exemple pour les vannes à trois voies ou pour désactiver la pompe en cas de coups de bélier. Différents diagnostics, tels que la discordance, le comptage de cycles, le contrôle d'usure de joints, sont par ailleurs disponibles via l'interface IO-Link.

« Le produit permet en effet de faire bien plus de choses encore.Si un corps étranger ou un dépôt vient perturber le bon fonctionnement de la vanne, le MVQ génère une alarme et un message à l'automate. Si l'angle de rotation dépasse les 90°, cela signifie que le joint est trop écrasé,donc usé,et qu'il faut le changer. Ou si le temps de fermeture ou d'ouverture dépasse 5 s, ce qui signifie qu'il doit y avoir une fuite pneumatique ou un tuyau débranché, le détecteur envoie là aussi un message », explique Frédéric Saint-Jean.