Les variateurs de vitesse se spécialisent

Le 28/01/2019 à 17:00  

A vecsalarge gamme de moteurs électriques Simotics, de motoréducteurs Motox et Simogear, ainsi que de variateurs de vitesse Sinamics, le groupe allemand Siemens est l'un des principaux fabricants mondiaux de solutions d'entraînement. « Nous avons une très forte présence dans le monde du manufacturier, mais nos concurrents ont des gammes différentes pour d'autres secteurs », constate Thomas Kermel, responsable de la gamme de variateurs pour les marchés de la ventilation, des pompes, du CVC, du génie climatique chez Siemens Digital Factory France.

Avec le co-lancement en première mondiale du variateur de vitesse Sinamics G120X aux salons Pollutec, qui s'est tenu du 27 au 30 novembre 2018 à Eurexpo Lyon (Rhône), et SPS IPC Drives, qui s'est déroulé du 27 au 29 novembre 2018 à Nuremberg (Allemagne), le groupe allemand se positionne sur les marchés hors manufacturier. « Nous visons en effet désormais les marchés des infrastructures, à savoir le pompage, le Chauffage, Ventilation, Climatisation (CVC), le monde des procédés, qui peuvent par exemple être équipés d'automatismes d'autres fabricants », préciseThomas Kermel.

Siemens a renouvelé ses démarreurs progressifs

Sur son stand lors du salon Pollutec, le groupe allemand Siemens mettait également en avant le démarreur progressif Sirius 3RW5, introduit en début d'année. « Il s'agit d'un renouvellement de la gamme, intégrant des fonctions métiers dans les soft starters, telles que le pompage, l'extraction d'air et de fumées, la détection de pompage à vide et d'encrassement de pompe, les procédés », explique Patrick Brassier, responsable marketing Contrôle industriel & Appareillage Basse Tension chez Siemens Digital Factory France. Ce nouveau démarreur est destiné aux moteurs asynchrones triphasés avec les versions aux performances générales 3RW52 (5,5 à 560 kW) et aux hautes performances 3RW55 (5,5 à 1 200 kW). Siemens a développé ces démarreurs à partir d'une technologie de commutation hybride moderne pour une commutation efficiente, une économie d'énergie et la garantie d'une longue durée de fonctionnement. « Un auto-paramétrage permet de s'adapter aux nouvelles conditions de démarrage ; auparavant, il fallait régler les paramètres avec un tournevis, ce qui pouvait vite devenir fastidieux si le moteur associé devait lever des masses très différentes », précise Patrick Brassier. Parmi les autres fonctions spécifiques, on peut citer le suivi du temps de démarrage, l'arrêt de pompe afin d'éviter les surpressions dans les canalisations, le suivi de conditions avec limites d'alertes et d'alarmes.

Pour répondre aux exigences propres à ces métiers, le variateur de vitesse Sinamics G120X diffère de ses cousins pour le manufacturier par ses fonctions.Les utilisateurs disposent en effet du déragage (nettoyage des dépôts ou des sabots sur la roue de la pompe), du mode de remplissage de canalisations (remplissage en douceur au début du process de contrôle), de la détection de cavitation (protection des pompes et réduction des coûts de maintenance), des modes de fonctionnement continu (optimisation du temps de fonctionnement et de la disponibilité sans intervention manuelle) et multi-pompe/intermédiaire (contrôle de plusieurs pompes en utilisant une seule fréquence convertisseur).

Le nouveau variateur de vitesse Sinamics G120X de Siemens est une solution tout en un.

C. Lardière

« On nous reprochait jusque-là que nos variateurs étaient complexes à configurer. Désormais, le Sinamics G120X propose, à la mise sous tension, les différentes fonctions métiers et, en quelques questions, l'utilisateur configure s'il veut travailler en cascade, en redémarrage à la volée, définit les entrées/sorties, etc. Les jeux de paramètres sont même sauvegardés sur une carte SD ; si le variateur de vitesse détecte une différence à la mise sous tension, il recharge automatiquement les nouveaux paramètres. C'est un avantage indéniable en maintenance », explique Thomas Kermel.

Une puissance de 0,75 à 630 kW

Au-delà des fonctions, Siemens a également doté son nouveau variateur de vitesse d'un ensemble de caractéristiques et d'accessoires propres à ces domaines industriels. « Il s'agit d'une solution tout en un, qui prend en compte jusqu'à son environnement, affirme Thomas Kermel. Dans le domaine de l'eau, nous fournissons, en face avant, un pupitre ou un module Wi-Fi Smart Access pour se connecter depuis une page HTML. Cela assure une prise en main directe et facile, sans logiciels – cela évite aussi de devoir mettre à jour plusieurs logiciels différents –, puis l'accès à des diagnostics sous la forme de messages textuels clairs ».

Les utilisateurs peuvent également choisir le type de vernissage, à savoir des cartes tropicalisées d'une manière standard ou 3C3 pour les stations d'épuration, l'indice de protection (IP20 ou IP55 à venir), les filtres CEM passifs et actifs pour réduire la pollution des hautes fréquences sur les réseaux électriques, le type de communication et même la garantie (2 ans, plus 6 mois si l'utilisateur enregistre son appareil sur le site Internet, voire avec une extension payante de 3 ou 5 ans). « On a pris tout ce qui se faisait de mieux pour l'intégrer dans une solution dédiée à ces métiers », résume Thomas Kermel.

En plus des protocoles Profibus, Profinet, EtherNet/IP, Modbus RTU/ USS, BACnet MS/TP, qui seront tous disponibles courant 2019, le Sinamics G120X affiche les gammes de 0,75 à 560 kW (380480 V) et de 3 à 630 kW (500-690 V) pour couvrir un très grand nombre d'applications, une fréquence de 47-63 Hz ± 5 %, les modes de contrôle V/f (linéaire, quadratique, FCC, ECO) et Sensorless Vector Control (SLVC), ainsi que des fonctions de sécurité intégrées en standard et la compatibilité avec le boîtier Sinamics Connect pour la remontée d ’ i n fo r m at i o n s ve r s MindSphere.