Lesmoyensdetests'embarquentdirectement danslesorganesduvéhicu le

Le 18/09/2019 à 0:00  
default-image-3103

L'approche développée par la société, qui est une technologie originale et unique en Europe, peut se résumer de la manière suivante : mettre les bancs d'essais d'organes dans le véhicule, et non les organes d'un véhicule au banc.

Le remplacement à (plus ou moins long) terme des véhicules à moteur thermique, le respect de normes environnementales toujours plus strictes se traduisent notamment par une demande croissante des essais, une activité sur laquelle s'est positionnée GreenMot depuis 2010.

L 'industrie automobile connaît, ces dernières années, de profonds changements. L'électrification des véhicules est par exemple devenue un enjeu majeur pour les constructeurs et les équipementiers automobiles, qui se doivent d'évoluer et de développer de nouvelles technologies. Le nombre de véhicules hybrides et électriques désormais disponibles sur le marché est en croissance, en ce qui concerne aussi bien les voitures pour les particuliers que les bus et autres moyens de transport urbains.

Il s'agit de répondre à une tendance écologique de la société, d'où le remplacement à (plus ou moins long) terme des véhicules à moteur thermique, les ressources pétrolières n'étant pas infinies, ainsi que le respect de normes environnementales toujours plus strictes. « Ces tendances se traduisent notamment par une demande croissante des essais , se réjouit Stéphane Londos, fondateur et CEO du français GreenMot. À cela s'ajoute,en parallèle,la volonté des constructeurs et des équipementiers d'externaliser ces opérations de test ».

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la société française, remontons le temps d'une dizaine d'années, plus précisément à l'année 2010. C'est en effet à cette date que Stéphane Londos a créé GreenMot ( voir encadré page 62 ) à Écully, en banlieue nord-ouest de Lyon (Rhône), après avoir travaillé notamment chez PSA Peugeot Citroën en tant que responsable de la mise au point des moteurs à essence, puis chez Faurecia comme Advance Engineering Manager Exhaust. La société a déménagé à Villefranche-sur-Saône (Rhône) à la fin 2014 et est en train d'investir un second site, toujours surVillefranche-sur-Saône pour étendre ses capacités d'essais.

Avec son passé de metteur au point chez un constructeur et un équipementier, ainsi qu'avec une expérience acquise dans un laboratoire d'essais en Rhône-Alpes, Stéphane Londos a décidé de créer un nouvel acteur sur le marché des essais,mais un acteur proposant une technologie originale et unique en Europe. L'approche de la société peut se résumer de la manière suivante : mettre les bancs d'essais d'organes dans le véhicule, et non les organes d'un véhicule au banc.

« Le fait d'utiliser le véhicule comme laboratoire d'essais nous permet de concevoir des moyens de test très modulaires. Pour réaliser, d'une manière traditionnelle,des essais sur une boîte de vitesse sortie du véhicule et mise sur un banc, il faut resimuler tous les signaux reçus et envoyés par les calculateurs.Avec notre approche,il suffit d'instrumenter les sous-systèmes dans le véhicule », explique Jonathan Masy-Rougier, chef de projets chez GreenMot. Et les résultats ainsi obtenus sont également plus fiables et plus répétables qu'en utilisant des bancs à rouleaux.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap