Mesures d'humidité : le point de rosée d'accord mais à condition de savoir ce que l'on fait

Le 01/09/2007 à 0:00  
default-image-3103

La température de rosée (ou si l’on préfère le point de rosée) est avec l’humidité relative le paramètre le plus utilisé pour quantifier l’humidité d’un gaz. Une question se pose alors : pour une application donnée, lequel des deux est le plus pertinent ? Si c’est le point de rosée qui s’impose, d’autres questions se posent alors. Comment réaliser la mesure ? Directement ou indirectement ? Ou encore, quelle est la meilleure façon d’installer un transmetteur de point de rosée ? Vaisala, spécialiste en hygrométrie, donne ici quelques éléments de réponse.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap