Ne pas oublier l'humain

Le 14/12/2018 à 0:00  

PASCAL COUTANCE Directeur de la rédaction p.coutance@mesures.com

Lorsque l'on écoute les ardents défenseurs de l'industrie du futur, l'un des arguments qui revient le plus souvent tient dans cette expression : replacer l'Homme au cœur de l'usine.

Avec l'idée sous-jacente que l'objectif de l'industrie du futur n'est pas uniquement une course technologique à la modernisation et la numérisation des outils industriels en vue d'œuvrer à la compétitivité de l'industrie, mais a également pour objectif de redonner à l'Homme un rôle plus valorisant dans l'atelier ou sur la ligne de production. Cette vision de l'usine, parfaitement louable, peut paraître quelque peu idéaliste. Mais le fait est que les dernières évolutions technologiques en matière d'informatique embarquée, d'automatismes, de vision industrielle, de solutions logicielles, d'électronique, et que l'arrivée de nouvelles technologies telles que la cobotique, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, les jumeaux numériques, etc., permettent d'ores et déjà – sur le papier, du moins – de transformer le concept d'industrie 4.0 en réalité.

Mais le plus compliqué est sans doute ailleurs. En particulier au niveau de l'effort considérable qu'il va falloir consentir dans la mise en œuvre de nouvelles formations capables de répondre à ces enjeux.

Car cette transformation de l'industrie va immanquablement mener à l'émergence de nouveaux métiers. Et il ne faudra pas non plus oublier d'associer, d'accompagner et d'impliquer les salariés des entreprises dans ces changements car ce sont eux qui en verront directement les effets.

Bref, il ne faudra pas oublier de mettre en peu d'humanité dans tout ça. C'est sans doute ce qui a manqué à la précédente révolution industrielle.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap