«Nous privilégions les partenariats pour mieux comprendre les demandes du marché»

Le 01/09/2014 à 17:00  

Mesures. Le groupe Mettler-Toledo est présent dans de nombreux secteurs industriels. Vous êtes donc tout particulièrement bien placé pour observer la place de la mesure. Quelle est votre vision?

Fabrice Dejoux. De par notre positionnement, nous avons effectivement une vision extrêmement large de l'industrie française. L'un des constats est que, dans les industries matures, nous sommes obligés de rappeler en permanence l'idée qu'il existe un moyen de faire des investissements raisonnables avec un retour rapide : c'est la mesure. Rien n'est en effet plus facile à mettre en œuvre qu'un système permettant de s'assurer de la qualité d'un produit ou de quantifier des éléments. Je citerai les applications suivantes : peser des pièces assemblées par collage pour s'assurer de la bonne quantité de colle déposée ; peser des tableaux de bord afin de contrôler l'éventuelle absence d'une vis et donc d'éviter ainsi des vibrations lors de la conduite ; peser des briquets haut de gamme pour savoir s'ils sont bien remplis de gaz. Dans le domaine de la qualité, 50 % du marché existe déjà mais il y en a autant pour lequel il faut inventer les applications. Comme les stocks perdent près de 40 % de leur valeur par an (entre les coûts a d m i n i s t r at i f, ceux liés à la surface occupée, à la logistique), les entreprises ont généralisé la production en flux tendu ou alors les stocks sont réduits au minimum. Ce qui explique aussi pourquoi les entreprises n'assurent d'ailleurs plus le SAV. En installant un peson sous chaque bac, il est pourtant possible de réaliser très simplement un inventaire temps réel des stocks et également de lutter contre les vols.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap