Optimiserlaproduction uneaffairedetechnique,dechampagne:maisaussideservice

Le 01/01/2016 à 0:00  

I l y a encore quelques jours, le champagne s'invitait dans nos logis pour célébrer le passage à la nouvelle année. Au-delà de l'aspect festif, le champagne est avant tout une industrie importante dans notre pays, avec des produits qui rencontrent un grand succès tant en France qu'à l'export, à l'image de la maison Nicolas Feuillatte.LeCentreVinicole Nicolas Feuillatte (CVCNF), situé à Chouilly dans la Marne, est la première union de producteurs de Champagne. Il regroupe quelque 80 coopératives représentant plus de 5000 vignerons. Il s'agit aussi d'une des maisons les plus automatisées et robotisées de sa catégorie. Avec un effectif de 235 personnes, dont la moitié est affectée à la production, la société produit la bagatelle de 23 millions de bouteilles par an, ce qui la place dans les tout premiers producteurs de champagne. Mais pour rester à la pointe de son secteur, il faut sans cesse moderniser l'outil de production. « Nous devions remplacer progressivement une série de systèmes d'entraînement.Nous avons considéré le fournisseur d'origine,ainsi que d'autres grands noms du secteur. Tous étaient en mesure de fournir des équipements qui auraient sans doute répondu à notre attente,mais notre souhait était davantage de mettre en place un partenariat avec une société capable d'apporter le niveau de service dont nous avions besoin. C'est la raison pour laquelle notre choix s'est porté sur Leroy-Somer », explique Frédéric Lopez, responsable automatismes du Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte.

Le Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte regroupe quelque 80 coopératives représentant plus de 5000 vignerons. Il produit la bagatelle de 23 millions de bouteilles par an, ce qui le place dans les tout premiers producteurs de champagne.

La première phase de renouvellement a consisté au remplacement du système d'entraînement d'un convoyeur. Situé en début de chaîne, ce dernier impose un positionnement très précis des bouteilles vides avant nettoyage et remplissage. Les bouteilles sont chargées sur le convoyeur via des palettes 1200x1200mm, puis elles sont extraites par rang de 4 à 12, en fonction de leur taille, sur un convoyeur perpendiculaire. « Cette ligne dispose d'une cadence de 4 000 à 6 000 bouteilles à l'heure et se doit d'assurer sa fonction avec une disponibilité maximale. Leroy-Somer s'est immédiatement investi, autant pour concevoir la solution qui nous convenait que pour réaliser la programmation des variateurs », déclare Frédéric Lopez.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap