Réalité augmentée, intelligence réduite?

Le 09/09/2016 à 0:00  

PASCAL COUTANCE Rédacteur en chef p.coutance@mesures.com

DR

Cet été, toute la presse en a parlé. C'est le phénomène de société de ces dernières semaines. Un phénomène qui n'a pas manqué de créer une certaine polémique. Je veux bien sûr parler de Pokemon Go… En dehors des problèmes de confidentialité des données fournies par les joueurs (certains prêtent aux inventeurs de ce jeu des intentions pas toujours avouables), la polémique autour de ce jeu vidéo sur smartphone basé sur la réalité augmentée, vient surtout des dangers potentiels que peut générer son usage. Il faut dire que sa pratique a donné lieu à des comportements quelque peu étranges de la part de certains joueurs, au point que l'on a vu fleurir cet été des panneaux autoroutiers affichant ce message à l'adresse des automobilistes : « Celui qui conduit, c'est celui qui ne joue pas ». De là à dire que la réalité augmentée concourt à réduire l'intelligence de celui qui l'utilise, il n'y a qu'un pas que certains franchiront, mais pas nous. Car nous savons que dans l'industrie, la réalité augmentée peut à l'inverse devenir un outil de progrès. Et pour s'en convaincre, quoi de mieux que de se replonger, par exemple, dans l'article que nous avions publié dans le numéro 873 de Mesures paru en mars 2015, et intitulé « Maintenance, contrôle, formation : la réalité augmentée au service de l'industrie » ?

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap