Reportage à la RATP, qui utilise les courants de Foucault pour contrôler le bon état des rails

Le 01/12/2002 à 0:00  
default-image-3103

Détecter un rail cassé, c’est bien. Mais prévenir ce type de défaut majeur, avant la rupture, c’est mieux. Et si le système de détection est utilisable en exploitation, c’est encore mieux. C’est l’objectif atteint par l’Inrets dans le cadre d’un projet de développement mené avec la RATP et qui porte sur un capteur à courants de Foucault capable de détecter fissures ouvertes et zones écaillées sur les rails. En phase opérationnelle, les résultats de mesure permettent de délivrer une note d’intégrité du rail analysé et d’améliorer la maintenance préventive du réseau.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap