Un boîtier électronique redonne une jeunesse aux bancs SIP

Le 19/10/2017 à 17:00  

Le retrofit des bancs de mesures dimensionnelles conçus par la Société genevoise d'instruments de physique (SIP) est désormais possible et facile, grâce au savoir-faire de Cedarnet.

D epuis dix-sept ans, le bureau d'études et société d'ingénierie Cedarnet (8 personnes pour un chiffre d'affaires d'environ 1 million d'euros) s'est fait une spécialité d'accompagner les industriels au travers de prestations de R&D ou de la fourniture de briques technologiques (électronique, informatique, télécommunications, mécatronique). « Dans le domaine de la mesure dimensionnelle, les industriels sont aujourd'hui confrontés à l'obsolescence de plus en plus critique, aux niveaux de l'électronique et des logiciels associés, de leurs bancs développés dans les années 1980 et 1990 par la Société genevoise d'instruments de physique (SIP), qui a de surcroît fait faillite en 2005 », constate Walid Youssef, président de Cedarnet.

Le Centre technique des industries mécaniques Cetim-Certec est l'un de ces propriétaires de bancs de mesure horizontaux et équipés d'une règle optique, et il s'était tourné vers la société d'ingénierie pour trouver une alternative. « Nous avons en effet développé un premier boîtier reproduisant les fonctions d'origine, avec un réglage potentiométrique pour compenser les erreurs de la règle optique. Mais les réglages étaient trop fastidieux à réaliser – cette opération pouvait prendre une journée – et les écarts, trop importants », se souvient Olivier Boidin, en charge du développement commercial chez Cedarnet. La société a donc décidé de revoir complètement le problème et a ainsi développé un algorithme de correction dynamique, associé à une électronique analogique et numérique innovante. « La nouvelle génération d'électronique assure la compensation dynamique des défauts de la règle optique et la correction en temps réel de la fluctuation des signaux en termes d'amplitude, d'offset et de déphasage. Ce qui nous permet d'atteindre une précision jusqu'à 0,1 µm, selon la température ambiante, avec une excellente répétabilité et une erreur d'interpolation extrêmement faible sur toute la course du banc », affirme Olivier Boidin.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap