Une Édition Enova Paris 2014 Riche En Innovations…

Le 01/11/2014 à 17:00  

L es éditions se suivent mais ne se ressemblent pas (toutes). C'est en effet sur une impression partagée que s'est terminée l'édition 2014 du salon des technologies en électronique, en mesure, en vision et en optique, Enova Paris. Cette année,la manifestation a eu lieu du 16 au 18 septembre, un mois plus tôt que les éditions précédentes, et sans la tenue en parallèle du Congrès international de métrologie (CIM), événement bisannuel organisé par le Collège français de métrologie (CFM). Autre différence, la fréquentation en termes de visiteurs a reculé de 18,1% par rapport à 2013, avec 4 881 personnes « porteuses de projets et de perspectives concrètes d'affaires ».

Un nombre d'exposants stable

Par contre, ce qui ne change pas, c'est la grève des transports aériens, qui n'a donc pas facilité l'accès à Paris, et le contexte économique encore (très) difficile. Cette situation n'a toutefois pas empêché la présence de 460 sociétés exposantes,dont 112 nouvelles, un nombre légèrement supérieur à celui de l'édition précédente (457). Toutefois, quelques-uns n'avaient pas fait le déplacement, à l'image des fabricants de la mesure d'humidité par exemple, si ce n'est en tant que visiteurs.

Pour GL events Exhibition, l'organisateur du salon, « cette édition s'est caractérisée par une dynamique d'échanges, tant sur les stands avec les rendez-vous qualifiés des Business meetings , qui ont généré 245 rendez-vous qualifiés, que dans les salles de conférences. Autres faits marquants, la forte présence de la machine de production avec l'animation “l'Usine connectée du futur”, de même que la prédominance des systèmes embarqués et communicants, ont donné le ton de cette édition, témoin d'une industrie compétitive et génératrice d'emplois.» Les échanges entre les différents acteurs ont notamment dû porter sur les innovations et autres nouveautés présentées par les exposants.

L'édition 2014 d'Envoa Paris s'est caractérisée par une dynamique d'échanges, la prédominance des systèmes embarqués et communicants, etc., comme le rappelle l'organisateur GL events Exhibition. Même si les visiteurs sont venus en moins grand nombre que l'année dernière…

Foucha Muyard

L'instrumentation générale en bonne place

Dans le domaine du test et mesure électroniques, l'américain Keysight Technologies, sous ses nouvelles couleurs après la séparation d'avec Agilent Technologies, dévoilait pour la première fois la série d'analyseurs de réseau vectoriels M937XA (300kHz à 4, 6,5, 9, 14, 20 ou 26,5GHz) au format PXIe 3U, qui se distingue avant tout par sa compacité ( voir Mesures n° 868 ), ainsi que l'analyseur d'impédance E4990A (20 Hz à 10, 20, 30, 50 ou 120MHz). « Il affiche une précision dix fois meilleure que celle des modèles de la série existante et dispose d'une interface utilisateur ergonomique, grâce notamment à un écran LCD couleur 10,4 pouces tactile. L'E4990A et l'autre nouveau modèle E4991B (1 MHz à 500 MHz, 1 ou 3 GHz) remplacent respectivement les analyseurs d'impédance 4294A et E4991A », explique Guillaume Granet, spécialiste VNA chez KeysightTechnologies France. Il était encore possible de voir sur le stand d'Équipements scientifiques, le seul distributeur Keysight Premium Partner en France, la série des oscilloscopes numériques Infiniium S (gamme de fréquences jusqu'à 500 MHz, 1, 2, 2,5, 4, 6 ou 8GHz, résolution de 10 bits). « Le japonais Hioki a, lui, renouvelé toute sa gamme d'enregistreurs de données, avec par exemple la version sans fil Bluetooth LR8410-20 qui peut contrôler jusqu'à 7 modules de 15 voies chacun, soit un total de 105 voies. Nous distribuons désormais l'espagnol Wavecontrol, une société d'ingénierie spécialisée dans les mesures de champs électromagnétiques et la CEM », ajoute Céline Côme, chef des ventes du Département Tests Energie Mesures d'Équipements scientifiques. Sur son stand, le distributeur Dimelco montrait notamment la série d'oscilloscopes numériques portables GDS-200/300 (2 voies, 70, 100 ou 200MHz, 1Géch/s) de Goodwill (GW) Instek. « Le s six modèles disponibles pour le terrain et le laboratoire se distinguent par leur écran couleur tactile 7pouces,assu-rant une visualisation en mode vertical ou paysage comme une tablette numérique », explique Eric Delannay, responsable Région Nord-IDF chez Dimelco-AOIP.

A l'image de Rohde & Schwarz avec son oscilloscope numérique HMO1002, de ses alimentations de table HMC804x et de son analyseur de réseau vectoriel ZND, la mesure électronique générale et RF/hyper occupait une place de choix dans les allées d'Enova Paris 2014. Sans oublier l'instrumentation modulaire…

Cédric Lardière

L'américain Teledyne LeCroy mettait en avant son oscilloscope numérique HDO8108 (350, 500MHz ou 1GHz, 8 voies et 12 bits), dont la série dispose depuis début octobre du logiciel Motor Drive Power Analyzer pour l'analyse de puissance de pilotes de moteurs électriques triphasés. «Nous avons également lancé une nouvelle génération d'oscilloscopes d'entrée de gamme WaveSurfer 3000 dotés entre autres d'un écran tactile, d'un poids et d'un prix plus faibles que ceux des modèles existants », annonce Jean Laury, AVP EMEA Oscilloscope Sales chezTeledyne LeCroy. Du côté de l'allemand Rohde & Schwarz, les visiteurs pouvaient découvrir l'oscilloscope numérique HMO1002 et la série d'alimentations de table HMC804x (1, 2 ou 3 voies,puissance de 100W). « Le HMO1002 n'est pas qu'un oscilloscope 2 voies 50, 70 ou 100 MHz, c'est aussi un analyseur de bus série avec ses 8 voies logiques, un voltmètre numérique 3 digits, un générateur de fonctions, un générateur de pattern, un analyseur FFT… », énumère Françoise Sango Carbonel, business development & marketing manager de Rohde & Schwarz France.

Bancs radio et instrumentation modulaire

La société présentait également le testeur radio CMA180 et l'analyseur de réseau vectoriel ZND qui se positionne juste en dessous du ZNC en termes de performances (100kHz à 4,5 ou 8,5GHz, dynamique de 120dB, etc.) mais pour un minimum de 5 000 euros de moins. Pour Aeroflex, qui a été racheté par le groupe britannique Cobham en mai dernier pour un montant de 1,46 milliard de dollars, le choix a été fait, à l'occasion du salon Enova Paris, de se concentrer sur les bancs de radiocommunication. « Le système 8800 repose sur un concept hybride entre appareil portable et appareil de laboratoire, doté d'un écran tactile 12 pouces et proposant un banc complet pour les analyses analogiques, numériques, PMR… », explique Dominique Goblet, directeur commercial d'Aeroflex France.La société présentait aussi le testeur de radio tactique 7200, le simulateur de téléphonique 4G/5G TM500 pour tester les réseaux disponibles dans un ou deux ans…

Dans le domaine de l'instrumentation modulaire, l'américain National Instruments présentait le Système sur module (SOM) sbRIO-9651, les testeurs de semiconducteurs STS ( voir Mesures n°868 ), etc., et le distributeur françaisAcquisys mettait en avant la carte coprocesseur PEX6-COP et le PC intégré avec FPGA et site FMC mini-K7 de l'américain Innovative Integration. La carte intègre un FPGA Virtex-6 (SX315T, SX475T, LX240T ou LX550T), une interface PCI Express 8x Gen2, un site FMC pouvant accueillir des cartes d'entrées/ sorties analogiques ou numériques. « Nous distribuons par ailleurs l'offre de l'espagnol Signadyne,notamment ses numériseurs avec FPGA ouvert et générateurs rapides (jusqu'à 1Gbit/s), et l'offre d'entrée de gamme de Measurement Computing (MCC), filiale de l'américain National Instruments », indique Christian Ropars, Pdg d'Acquisys.

Enova Paris 2014 marquait pour la première fois en France la présence de l'ancienne activité Cassidian Test & Services sous son nouveau nom, Spherea. « On retrouve toujours nos testeurs de câblage, des systèmes de test optronique ainsi que la distribution des générateurs deTabor Electronics,les cartes de Bustec,les cartes et les bancs de test de Marvin Test Solutions (ex-Geotest), les systèmes de mesure du bruit de phase de Noise XT (ex-EuropTest), etc.» , rappelle Bruno Cohen de Spherea.

En parallèle d'Enova se tenait également la 4 e édition du Forum Radiocoms, le rendez-vous des acteurs du domaine des réseaux radio professionnels. En matière de test, Aeroflex présentait notamment le banc de radiocommunication 8800.

Cédric Lardière

Enfin, l'allemand HBM a introduit le système d'acquisition de donnée Gen 3T pour un montage en rack dans les armoires et a encore étoffé le catalogue du Gen3i avec des cartes d'acquisition de donnée avec traitement en temps réel. «Nous avons également lancé le SomatXR qui se positionne en tant qu'une combinaison entre un Quantum et un Somat. Il s'agit en fait du durcissement de la plate-forme des Quantum afin de pouvoir répondre aux applications en environnements difficiles (IP65/IP67, plage de température de - 40 à + 80 °C, vibrations jusqu'à 10 g, chocs jusqu'à 70 g) », précise Bruno Cathala,responsable commercial Test & Measurement chez HBM France. Pour ceux qui n'ont pas eu l'opportunité de se rendre à Paris au moins de septembre dernier, ils pourront se rendre à Toulouse pour la prochaine édition d'Enova qui se tiendra les 11 et 12 mars 2015. En attendant l'édition parisienne prévue du 22 au 24 septembre 2015…