Une troisième voie pour la surveillance du spectre

Le 01/02/2016 à 17:00  

Anritsu Le MS27103A est l'une des trois versions de la nouvelle série d'analyseurs de spectre pour la surveillance du spectre d'Anritsu. Ce système rackable intègre 12 ou 24 ports, affiche une vitesse de balayage maximale de 24 GHz/s, une gamme de fréquence de 9kHz à 6 GHz, etc.

Anritsu

L a surveillance du spectre devient une activité de plus en plus importante pour les industriels, les organismes étatiques, etc. L'une des raisons premières est le coût significatif pour acquérir des licences et ensuite l'occupation toujours croissante des bandes de fréquence, occu-pation liée à l'augmentation des applications et à l'évolution des standards. « Les industriels sont donc à la recherche de 100 % des performances, compte tenu des risques d'interférences,de la multiplication des fréquences, des différentes modulations mises en œuvre, etc.», constate Eric Fauxpoint, directeur du développement des nouvelles activités EMEA chez le japonais Anritsu.

Il existe une deuxième raison, à savoir la sécurité en règle générale. Les gouvernements, les services de sécurité, eux, sont en effet de-mandeurs de moyens de surveillance permanente ou temporaire (comme pour la COP21). « Le spectre des fréquences étant de plus en plus occupé, n'importe quel utilisateur peut être gêné par la présence de phénomènes.Le but des opérateurs et de l'ANFR ( Agence nationale des fréquences, ndlr ) est de mettre en évidence ces pro-blèmes pour identifier et localiser les sources d'interférences et disposer d'une bande de fréquence de bonne qualité », ajoute Cyril Noger, ingénieur support Produits RF et sans fil d'Anritsu France.

Le fabricant a dévoilé la plate-forme d'analyse de spectre MS2710xA contrôlée à distance via Ethernet et qui permet d'automatiser le processus de surveillance des radiocommunications et la détection d'interférences, tout en apportant plus de souplesse et une gestion moins coûteuse d'un réseau. « Cela n'est rendu possible que par l'intégration accrue de ces analyseurs de spectre bien particuliers. Ils se présentent sous la forme de boîtiers aveugles pour lesquels l'utilisateur développe ses propres applications logicielles ou pour lesquels nous pouvons aussi fournir des outils de surveillance et/ ou de géolocalisation », explique Cyril Noger. Après l'introduction des modules au format USB, Anritsu poursuit ainsi sa stratégie d'ouvrir de nouvelles voies par rapport à l'approche traditionnelle des appareils de table et des systèmes modulaires (châssis plus cartes électroniques), avec une 3 e voie se présentant sous la forme de systèmes plus intégrés et clé en main.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap