Une version de LabView encore plus simple d'utilisation

Le 11/09/2017 à 17:00  

LabView NXG développé par National Instruments comble l'écart entre les logiciels « configuratifs » et les langages de programmation personnalisés, en proposant une nouvelle approche de l'automatisation des mesures.

C 'est à la fin du mois de mai, et non plus au tout début du mois d'août, que l'américain National Instruments a organisé son traditionnel événement mondial NIWeek, toujours à Austin (Texas).

« Et c'est une année très importante pour National Instruments, de par le grand nombre de nouveautés matérielles et logicielles. Nous devons faire en sorte que les utilisateurs se focalisent sur leurs objectifs et non sur la configuration de leurs outils, car l'adaptabilité de l'être humain et même des outils a aujourd'hui atteint ses limites », affirme Richard Keromen, responsable de l'équipe marketing technique pour la région Méditerranée chez National Instruments.

En plus du premier transcep-teur disponible sur étagère (mmWave Transceiver System) fonctionnant dans la bande de fréquence 28 GHz et avec des signaux jusqu'à 2 GHz de bande passante en temps réel, des châssis CompactDAQ cDAQ-9185 et cDAQ-9189 avec la synchronisation Time Sensitive Networking (TSN) et des bâtis-racks 19 pouces configurables pour le test automatisé, le fabricant américain a surtout dévoilé la première version du logiciel de conception de systèmes LabView de nouvelle génération, baptisée LabView NXG 1.0.

Depuis la sortie en 1986 de la première version de LabView, c'est une évolution majeure de notre environnement de conception graphique. Mais LabView NXG ne vient pas remplacer LabView, précise Antonin Goude, ingénieur marketing senior pour le contrôle et le monitoring embarqué chez National Instruments France. Si LabView a simplifié la communication avec les instruments de mesure, via un environnement intuitif, et reste idéal pour le développement de systèmes complexes et distribués, la nouvelle génération se caractérise par un concept de flux de développement unifié et une abstraction du code source ».

Un éditeur entièrement remanié

Ce nouveau flux permet d'acquérir et d'analyser à répétition des données de mesures sans programmation, cette simplification de l'automatisation étant obte-nue grâce à l'élaboration du code nécessaire « en sous-main ». Pour réaliser plus rapidement les premières mesures, des panneaux interactifs avec les fonctions disponibles selon les matériels connectés guident l'utilisateur pour visualiser les données et configurer le matériel (même issu de tierces parties). LabView NXG intègre également des outils de capture et d'analyse de données, ces options de programmation assurant une exploration immédiate des mesures. Autre gain de productivité, l'éditeur entièrement remanié avec des fonctionnalités souvent requises par les utilisateurs chevronnés (micro-interactions, objets vectorisés de l'interface utilisateur et qualité des fonctions de zoom optimisés) permet d'accélérer le développement de tâches courantes, telles que la conception d'interface utilisateur et la programmation de diagramme. « Nous avons intégré, dans l'éditeur, la création de la documentation du code – il fallait auparavant passer par des outils tiers –, la création native de code HTML que l'utilisateur peut ensuite modifier s'il a les compétences. Et l'environnement de conception intègre la notion d'apprentissage via des documents dynamiques », ajoute Antonin Goude.

Une version 2.0 de LabView NXG – les possesseurs de LabView ont accès à LabView NXG pour le même prix –, avec configuration et représentation de système visuel, support de matériels supplémentaires, en particulier en test sans fil, est d'ores et déjà prévue pour fin 2017…