«L'Internet des objets va dans les usines»

Le 01/05/2015 à 15:00  

Mesures. L'Internet des objets suscite un intérêt croissant de toute part, et pas uniquement dans les applications grand public. Ce concept pénètre également l'industrie et les usines. Comment définiriez-vous ce que l'on appelle l'Internet desobjets industriels? Que peut apporter ce concept à la production industrielle?

Rahman Jamal. L'Internet des objets indus-triels se caractérise par un grand nombre de systèmes industriels connectés qui communiquent et coordonnent leurs analyses de données et leurs actions pour améliorer les performances industrielles et augmenter les bénéfices des entreprises. Les systèmes industriels qui ont pour but de résoudre les problèmes de contrôle complexes, en reliant le monde numérique au monde physique par l'intermédiaire de capteurs et d'actuateurs, sont principalement connus sous le nom de systèmes cyber-physiques. Ceux-ci sont combinés à des solutions Big Analog Data afin de recueillir des informations à partir de données et d'analyses. Imaginez des systèmes industriels capables de s'adapter à leur environnement, voire à leur état de santé: les machines programmeraient elles-mêmes leurs opérations de maintenance et –mieux encore– adapteraient leurs algorithmes de contrôle dynamiquement pour compenser une pièce usée et communiquer les données concernées aux autres machines et aux personnes qui en dépendent. En intégrant davantage d'intelligence sous forme de capacités de traitement et de communication locales dans les machines, l'Internet desobjets industriels pourrait résoudre des problématiques jusqu'ici insolubles. Bien entendu, « si c'était simple, tout le monde le ferait ». Or l'évolution des technologies s'accompagne de l'augmentation de leur complexité, ce qui fait de l'Internet des objets industriels un défi de taille auquel aucune entreprise ne peut faire face seule.

Mesures.Quels sont les défis à relever pour l'Internet des objets industriels?

Rahman Jamal. Les difficultés sont d'autant plus évidentes lorsque l'on compare les spécifications de l'Internet des objets industriels à celles de l'Internet grand public. Si les deux réseaux impliquent de connecter des appareils et des systèmes à travers le monde, l'Internet des objets industriels impose des spécifications plus strictes en termes de latence, de déterminisme et de bande passante au niveau des réseaux locaux. Les machines de précision peuvent par exemple tomber en panne si leur synchronisation est rompue ne serait-ce qu'une milliseconde, c'est pourquoi respecter leurs spécifications s'avère crucial pour la santé et la sécurité à la fois des opérateurs, des machines elles-mêmes et des affaires en général.

Pour s'adapter à l'évolution constante des besoins, les appareils qui alimentent l'Internet des objets industriels doivent reposer sur une plate-forme matériel/logiciel intégrée et un réseau temps réel capables de satisfaire les spécifications des nouvelles technologies. ” Rahman Jamal

L'Internet des objets industriels présage déjà un grand changement pour les systèmes industriels traditionnels. Généralement, leur architecture et leur évolution se caractérisent soit par la conception d'une solution de bout en bout personnalisée ou propriétaire, soit par l'ajout de fonctionnalités en complétant le système avec des solutions sous forme de « boîtes noires » définies par le fabricant. La seconde option est certes rapide à mettre en œuvre, mais elle a un prix… L'un des plus gros avantages de l'Internet des objets industriels réside dans le fait que les données peuvent très facilement être partagées et analysées pour permettre des prises de décision optimales. Dans une solution de surveillance conditionnelle définie par le fabricant, par exemple, les données acquises et analysées sont difficilement disponibles; le système se limite à l'envoi de simples alarmes pour prévenir une défaillance catastrophique. Les données peuvent être disponibles suite à un événement pour analyser et déterminer la cause du problème, mais cela coûte du temps et de l'argent. Si les données de surveillance ne sont pas analysées en continu et disponibles via une interface standardisée, il est impossible de s'en servir pour adapter les algorithmes de contrôle, ni même de les corréler pour contrôler les événements, améliorer l'efficacité du système ou encore éviter les temps d'arrêt.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap