«La certification ISO 50001 peut améliorer les marges financières »

Le 01/09/2014 à 15:00  

Les façades du « Green Office Meudon », un ensemble d'immeubles de bureaux de groupe Stéria (services numériques) multiplient les possibilités de fabriquer de l'électricité verte grâce à des panneaux photovoltaïques verticaux, à même la façade, ainsi que sur les brise-soleil. De même, toute la toiture du parking pour les voitures est recouverte de panneaux photovoltaïques.

Steria

Mesures. Quel a été le contexte qui a justifié l'élaboration de la norme ISO 50001? Catherine Moutet. Avant l'ISO 50001, les Comités européens de normalisation (CEN et CENELEC) avaient publié en juin 2009 la norme EN 16001. Son élaboration avait démarré en novembre 2006 à la suite de la publication de la première directive européenne 2006/32/CE sur l'efficacité énergétique dans les utilisations finales de l'énergie et les services énergétiques. Cet effort s'inscrivait déjà dans un programme de normalisation plus important visant à apporter aux différents pays européens des pratiques harmonisées pour atteindre les objectifs de la directive. A savoir les systèmes de management de l'énergie qui ont donné naissance à la norme EN 16001 ainsi que les services d'efficacité énergétique qui ont abouti à la norme EN 15900. Un peu plus tard, sont venues les normes d'audit énergétique qui ont fait l'objet d'une «commande» de la part de la Commission européenne –que l'on appelle « mandat » – pour la norme EN 16247 en cinq parties.

Mesures. Comment est-on passé des normes européennes à la norme ISO 50001?

Catherine Moutet. En 2008, ce sont les Américains qui ont demandé l'inscription du sujet au programme de l'organisation internationale de normalisation (ISO pour International Organization for Standardization ).A cette époque, il y avait de l'instabilité politique dans les pays producteurs de pétrole. On a d'ailleurs connu à ce moment un pic du prix du baril de pétrole. Ce qui a également posé des questions stratégiques sur l'accès à l'énergie. Au plan européen, on a fait le choix de poursuivre le travail de normalisation lié à la directive 2006/32 et de publier la norme EN 16001 de sorte à avoir un document abouti à mettre sur la table de l'ISO. En ce sens, la norme ISO 50001 a été d'inspiration européenne.

Mesures.Comment cette inspiration européenne a-t-elle été accueillie?

Catherine Moutet. Il était d'une importance majeure que le groupe d'experts européens affiche une image soudée devant un tour de table de 50 à 60 pays, avec un scénario rodé au niveau européen dans lequel on avait défini les différentes problématiques, les arguments et les positions communes. A savoir disposer d'une norme basée sur la recherche de la performance énergétique qui s'appuie sur des mesures chiffrées, donc sur du concret. De fait, EN 16001 est une norme qui s'inspirait de pratiques déjà en place dans les pays nordiques, Danemark, Irlande ou encore Suède ou Pays-Bas.Tandis que d'autres pays, en particulier les États-Unis, qui n'avaient pas ce scénario en tête, auraient préféré une norme organisationnelle davantage basée sur des procédures. Par opposition, EN 16001 mettait déjà l'accent sur le suivi de l'efficacité énergétique basée sur la mesure. Conséquence: ISO 50001 est une norme opérationnelle qui ne réclame pas de procédure documentée et dont l'objectif central est bien de fournir aux organismes une méthodologie pragmatique qui vise à améliorer en continu la performance énergétique –celle-ci étant définie comme tout résultat mesurable lié à l'efficacité énergétique,à l'usage énergétique et à la consommation énergétique.

Catherine Moutet, responsable d'Afnor Energies au sein du groupe Afnor

Afnor

Catherine Moutet est titulaire d'un doctorat de géologie de l'Ecole des Mines de Paris et d'un mastère en ingénierie et gestion de l'environnement de l'Institut supérieur d'ingénierie et de gestion de l'environnement de Mines ParisTech (ISIGE). A la suite de son doctorat, elle a été enseignante chercheuse pendant cinq ans à l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris). Pendant deux ans, Catherine Moutet a occupé le poste de responsable environnement chez Aguas Argentinas à Buenos Aires. De retour en France, elle entre à l'Afnor en 2001 en tant que responsable développement pour la normalisation dans le secteur de l'eau. En 2006, elle se voit confier le secteur de l'énergie alors que sont lancés les programmes de normalisation européen et international sur le management de l'énergie. En octobre 2012, elle est nommée responsable d'Afnor Énergies, nouvelle entité du groupe Afnor. Sa mission consiste à impulser et coordonner les prestations, les activités et les partenariats dans le domaine du management de l'énergie, de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Par ailleurs, elle a pour vocation à apporter, sur ce secteur spécifique, un appui aux différentes entités qui déploient des solutions de normalisation, d'édition, de formation et de certification, au niveau national et international.

Mesures. Quel en est l'intérêt?

Catherine Moutet. C'est d'apporter aux organismes une méthodologie qui permette la mise en œuvre de leurs stratégies énergétiques et d'atteindre les objectifs de performance énergétique fixés… Pour préciser les choses, disons que la norme requiert d'analyser les consommations selon la nature de l'énergie (électricité, gaz, chaleur, carburants, géothermie, solaire thermique, photovoltaïque…), à la fois pour la période actuelle, mais aussi pour une période passée représentative et pour le futur. Puis ces consommations sont réparties par usage (éclairage, chauffage, ventilation, transport interne, machines de production, informatique…).

Ensuite, l'organisme doit déterminer, suivant des critères qui lui sont propres, quels sont les usages énergétiques significatifs sur lesquels existent des potentiels d'économies. La méthodologie consiste bien en une approche de l'utilisation finale de l'énergie. Une fois répertoriés et hiérarchisés les potentiels d'amélioration de la performance énergétique, on peut alors commencer à élaborer les plans d'actions et consolider progressivement son système de management de l'énergie avec le programme de formation, le plan de mesurage, etc.

Cette installation de cogénération fait du bâtiment de Steria l'un des premiers immeubles à énergie positive (qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme) en France.

Steria

Mesures. Quels sont les objectifs de la norme ISO 50001 en termes d'économie d'énergie?

Catherine Moutet. Cela peut paraître curieux pour une norme qui se base sur la mesure de la performance énergétique, mais il n'y a pas d'objectifs chiffrés d'économie d'énergie dans l'ISO 50001. Car son objectif, c'est d'apporter une méthode pour gérer les consommations de sorte à améliorer les performances de façon continue. La norme ne fixe donc aucun niveau de performance initiale ni de performance à atteindre.

Mesures. Depuis sa publication en juillet 2011, où en est la mise en application d'ISO 50001?

Catherine Moutet. Au niveau mondial, 3700 à 4000 organismes ont mis en place un Système de management de l'énergie (SMÉ) certifié conforme à la norme ISO 50001. Cela correspond à environ 7 500 ou 8 000 sites. C'est très encourageant ! C'est aussi largement comparable au développement de la norme ISO 14001 sur le management environnemental. En fait, c'est en grande partie l'Allemagne qui tire ce développement avec 3 500 sites certifiés pour 1 800 organismes ! Il faut dire que le gouvernement d'outre-Rhin a décidé d'accompagner la promotion du management de la performance énergétique depuis 2001 avec un système d'aide qui exonère les entreprises grandes consommatrices de taxes sur l'énergie. Par la suite, cet abattement a été conditionné par la mise en œuvre de SMÉ certifiés.

Mesures. Et dans le reste du monde?

Catherine Moutet. En Asie, l'Inde et la Chine s'intéressent fortement à ISO 50001. En revanche, nous avons peu de données sur les États-Unis où, malgré tout, le taux perçu de la mise en application semble assez moyen. Il semble que l'intérêt des Etats-Unis consiste surtout à développer une activité commerciale de consulting à l'international. Cependant, les entreprises fortement consommatrices d'énergie voulaient être présentes lors des discussions pour savoir ce qui allait se tramer. Précisons qu'elles étaient fermement opposées à la mesure chiffrée de la performance énergétique.Au moment d'une phase décisive du vote, de grands pays européens comme l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni ont opposé un vote négatif au projet de norme international.

Mesures. Comment avez-vous pu vous en rendre compte?

Catherine Moutet. A cette époque, j'étais secrétaire du forum européen sur le management de l'énergie pour le compte de l'Afnor.A ce titre, vous pouvez comprendre que nous suivions de très près les commentaires et les votes des différents pays!

Mesures. Qu'en est-il de la France?

Catherine Moutet. Au niveau d'Afnor Certification, nous comptabilisons 41 certifiés dans le pays, soit 930 sites. D'après nos informations, il devrait y avoir plus de 80 organismes certifiés en France, peut-être une centaine. Il faut dire qu'en France, le système d'incitation est moins fort qu'enAllemagne. De plus, le gouvernement est susceptible de revoir à la baisse ses niveaux d'incitation.

Mesures. Les résultats sont-ils encoura-geants?

Catherine Moutet. Nous avons adressé un questionnaire à plus de 70 clients certifiés et obtenu 20 réponses complètes et 9 réponses à la question sur les économies d'énergie. Celles-ci s'élèvent jusqu'à 25% sur la facture annuelle d'énergie avec une moyenne de 10,4%. Concernant le taux annuel d'amélioration de la performance énergétique (13 répondants), il va jusqu'à 35% avec une moyenne à 11%. Par ailleurs, pour près de 90 % des répondants, moins d'un an est nécessaire pour mettre en place un système de management de l'énergie conforme à l'ISO 50001.

Mesures. Le retard français, face à l'Allemagne, serait dû, entre autres, à un manque d'incitations fiscales.Qu'en est-il aujourd'hui?

CatherineMoutet. Instauré en mars 2012,les incitations au plan national sont liées au système des Certificats d'économies d'énergie (CEE) que l'entreprise génère lorsqu'elle a mis en œuvre une action d'économie d'énergie. Le système d'incitation double la valeur des CEE quand ceux-ci correspondent à des actions d'économies d'énergie dans le périmètre d'une certification ISO 50001. Ce dispositif court depuis mars 2012 et a été confirmé,avec des règles légèrement modifiées,par un arrêté de 24 octobre 2013. Cependant, depuis mai 2014, des rumeurs laissent entendre que le taux de bonification, actuellement de +100%,serait abaissé à partir de janvier 2015 pour des actions engagées à partir de cette date-là. Ceci serait un vrai frein à la diffusion de la norme et à la certification. En particulier au niveau des PME-PMI.

Mesures.Il yapeut-êtredes raisons àcela…

Catherine Moutet. Oui. Dans son article 7, la nouvelle directive «Efficacité Energétique» 2012/27/UE demande aux Etats-membres d'établir un système pour que les vendeurs d'énergie réalisent un objectif d'économie d'énergie annuel de 1,5% sur leurs ventes. Et le système de CEE est un des principaux moyens d'y parvenir. Le problème, c'est que, dans ces 1,5%, ne sont pas comptabilisées les bonifications. Des arbitrages sont donc en cours pour réduire certaines d'entre elles pour la 3 e période du système des CEE.

Mesures. A quels types d'entreprise cette norme s'applique-t-elle?

Catherine Moutet. La norme s'applique à tout type d'entreprises, quelle que soit leur taille ou leur domaine d'activité. Par ailleurs, elle s'applique également aux organismes publics et de nombreuses collectivités territoriales se lancent dans la démarche au plan français mais aussi dans d'autres pays (Allemagne,Autriche, Italie, Israël…).

La démarche ISO 50001 connaît un certain succès dans les entreprises grosses consommatrices comme dans la sidérurgie (aluminium, acier…) ou les cimenteries… Ces industries sont très bien organisées car l'énergie est au centre de leur activité. Elles ont déjà beaucoup optimisé la gestion de leur performance énergétique. Il y a aussi le secteur agroalimentaire à qui la norme promet d'apporter des gisements de productivité et d'amélioration des marges. Ensuite, les hôpitaux et le tertiaire s'y mettent. La bonification est une impulsion non négligeable pour passer à l'acte. On l'a aussi vu, dans la grande distribution, chez Carrefour que nous avons certifié. L'enseigne a commencé par monter des projets pilotes avant de systématiser sa démarche afin de gagner quelques points de marge grâce aux économies d'énergie apportées par la mise en place de la norme. On peut aussi mentionner les grandes entreprises de l'Union européenne qui, d'après l'article 8 de la directive 2012/27/ UE, ont pour obligation de réaliser un audit énergétique. En revanche, si celles-ci sont certifiées ISO 50001, elles sont exemptées de l'audit énergétique.

Mesures. On parle souvent des grandes entreprises mais qu'en est-il des PMI?

Catherine Moutet. Elles sont également susceptibles de s'y mettre mais surtout si elles y sont incitées.

Mesures. Quelles sont les étapes pour se conformer à la norme ISO 50001?

Catherine Moutet. Il faut d'abord réaliser un bilan de la situation énergétique avec l'analyse des consommations par usages énergétiques, c'est ce qu'on appelle la «revue énergétique». Il convient également de dresser l'historique des consommations et de déterminer pour quels usages et dans quelles quantités l'énergie a été consommée. L'objectif étant de hiérarchiser les usages qui représentent un potentiel important d'amélioration de la performance. A partir de là, on met en place des actions d'amélioration. Et devant chaque action, on désigne un responsable. Cette revue énergétique doit être conçue, gérée et pilotée par l'entreprise. Bien sûr, elle peut aussi se faire aider.

Mesures.On imagine qu'il faut aussi structurer une organisation dédiée…

Catherine Moutet. Bien sûr car il y a aussi des décisions à prendre, des investissements à consentir. Par exemple des actions de formation ou le remplacement des équipements obsolètes trop consommateurs d'énergie. L'organisation du SMÉ est transdisciplinaire. Outre l'engagement fort de la direction générale, elle implique la direction achat, les RH, les services généraux, la maintenance… Pour coordonner cet ensemble, il faut désigner un pilote reconnu, souvent le responsable qualité, qui représente la direction générale de l'entreprise et qui soit doté d'un réel pouvoir de décision. A cet égard, la norme indique que ce représentant doit être apte et compétent. Ce qui est une notion nouvelle dans une norme de système de management.

Mesures. Sur quels composants technologiques faut-il s'appuyer?

Catherine Moutet. ISO 50001 est une norme d'organisation. Elle intègre néanmoins deux obligations de moyens: désigner un représentant de la direction compétent et instaurer un système de mesure d'énergie adapté à la taille et à la complexité de l'organisation. Les moyens technologiques peuvent aller de simples compteurs pour les plus petits organismes jusqu'à des systèmes complets de surveillance et de mesure raccordés à une application logicielle capable de consolider les données et procéder à une analyse automatique. Il incombe à l'organisme de déterminer lui-même les appareils et les méthodes de mesure dont il a besoin.

Mesures. Finalement, la norme laisse une large place à la liberté de choix…

Catherine Moutet. Effectivement. De plus, elle est exprimée en mots simples tout en étant une norme d'organisation, de management. ISO 50001 précise, dès ses premiers paragraphes, la nécessité d'avoir un engagement fort de la direction ainsi que des ressources formées et compétentes.

Ce superbe mur végétal vertical agrémente l'escalier qui fait face à la cage d'ascenseur. Surtout, il assure une fonction pédagogique : inciter les usagers à emprunter l'escalier plutôt que l'ascenseur !

Steria

Mesures. Peut-on faire des progrès à moindre coût?

Catherine Moutet. Certainement. On peut commencer par regarder les tarifs d'abonnements qui peuvent être indexés sur des puissances souscrites supérieures aux besoins. Rien qu'à ce niveau, on peut déjà économiser plusieurs milliers d'euros par an. Ensuite, grâce à l'analyse méthodique des consommations, on acquiert une visibilité sur les moments auxquels se font ces consommations: en heures pleines ou en heures creuses? Ici encore, on peut déceler des pics inutiles. De même, on peut repérer des aberrations pourtant très répandues, comme l'activation de la climatisation en plein hiver en même temps que le chauffage! Un membre du personnel peut être venu travailler le week-end et avoir enclenché alors la climatisation ou le chauffage. Ensuite, ce scénario se répète automatiquement tous les week-ends…

Mesures.Quelle est la part socioculturelle de la performance énergétique?

Catherine Moutet. Ce qui est intéressant, avec l'énergie, c'est qu'on peut la quantifier. On peut donc évaluer les résultats en termes d'économie d'énergie et calculer des retours sur investissements, quantifier aussi a posteriori le résultat de chaque action et même établir des comparaisons entre les différents sites, services ou les différents étages d'une organisation. Et, d'après ce que nous avons vu chez des clients, ça marche! La culture de l'économie d'énergie s'enrichit également en donnant accès aux personnels à la visualisation de leurs consommations. Par exemple, en affichant, à côté de la machine à café les consommations journalières, hebdomadaires ou mensuelles ainsi que les progrès accomplis. Même si l'entreprise va mal au plan financier, cet effort sert à limiter la casse. Si le budget énergie de l'entreprise représente 10% du chiffre d'affaires et la marge est de 2% du CA, une diminution de 10% du budget énergie équivaut à une augmentation de 50% de la marge brute. Lorsque Carrefour a diffusé le communiqué de presse sur sa certification ISO 50001, son action en Bourse a grimpé. Le groupe a ainsi gagné en confiance sur les marchés financiers, car il maîtrise son risque lié au poste énergie.

Mesures. Les «compteurs intelligents» vont-ils avoir une influence?

Catherine Moutet. Le Smart Metering a de l'avenir! Il va se développer non pas sur un site mais sur plusieurs ainsi qu'à l'échelle de tout un quartier ou d'une ville. Dans ce contexte, ISO 50001 pourrait aider à mieux évaluer la demande énergétique et par là apporter des éléments pour cadrer la réponse à cette demande de façon globale. A cette échelle, la consolidation des données constitue un aspect fondamental. A ce sujet, un programme européen de normalisation fait l'objet d'un « mandat » et un groupe de coordination sur le comptage intelligent, piloté par l'Allemagne, a été mis sur pieds. Les travaux portent, entre autres, sur l'architecture du système d'information du Smart Metering ainsi que sur les protocoles d'échanges de données et les formats de données. Il existe également un programme de normalisation européen en cours de définition, sur la thématique des villes et communautés intelligentes et des projets de normes internationales sur l'aménagement durable.

Mesures. Quelle est la mission de la plateforme d'échanges sur les systèmes de management de l'énergie mise en place par l'Afnor?

Catherine Moutet. Cette plate-forme, gérée par l'Afnor, est un club de rencontres professionnelles qui se réunit 4 fois par an pour discuter de retours d'expérience sur la mise en place de la norme ISO 50001.Après une année d'activité, nous sommes en train de la reconduire pour une seconde année. Pour l'instant, il y a surtout de grandes entreprises. Nous ne désespérons pas de monter des plates-formes en régions, notamment en PACA, pour attirer les PME-PMI.

Mesures. Quels sont les postes de coût pour la mise en place de la norme ISO 50001?

Catherine Moutet. D'abord les coûts de formation et de sensibilisation interne. Au démarrage,il faut compter de 4 ou 6 jours pour former le responsable du système de management de l'énergie. Ensuite, 2 à 3 jours suffisent pour les responsables techniques afin qu'ils puissent lancer leur démarche. Quant à la sensibilisation des personnels, elle est en général dispensée en interne par les responsables techniques. Le coût le plus élevé concerne la nomination du responsable.Pour une entreprise de 250 à 400 personnes, en fait, il s'agit d'une équipe pluridisciplinaire de 2 à 3 personnes dont le cumul correspond globalement à un temps plein.A côté de cela, il y a des coûts d'investissement dans les équipements. Bien sûr, ces derniers dépendent complètement du projet de l'entreprise. Enfin, le coût de la certification elle-même est, pour cette taille d'entreprise, de l'ordre de 10000 et 15000 euros mais elle dépend également de la diversité des usages énergétiques. La certification est délivrée pour trois ans et comprend trois visites: une pour l'audit initial de certification et deux pour les audits de suivi. les audits se tiennent à un an d'intervalles chacun et ont pour objectif de vérifier que les recommandations de l'auditeur ont été effectuées et que l'organisme progresse bien dans sa démarche en conformité avec les exigences de la norme.