La mesure de CO2 en CVC et qualité de l'air intérieur

Le 13/12/2017 à 13:30  

C es dernières années, le grand public s'est familiarisé avec le dioxyde de carbone, gaz plus connu sous sa formule chimique CO2 ,àdéfaut de forcément savoir ce qui se cache derrière. Il y a notamment les grands raouts sur l'environnement, tels que la COP21 à Paris en 2015, pour réduire les émissions de ce gaz à effet de serre, ainsi que la prise en compte croissante de la qualité de l'air intérieur (QAI) pour le confort des personnes dans les bâtiments recevant du public –le CO 2 n'est d'ailleurs pas le seul composé traqué, on trouve également le formaldéhyde et le bisphénol.

Les applications industrielles de la mesure de CO2 couvrent les couveuses, les incubateurs, les serres de culture, l'agroalimentaire, la fabrication, le transport et l'utilisation du dioxyde de carbone, les applications de sécurité.

Le monde industriel, lui, n'a pas attendu ce phénomène pour utiliser le CO2 .« On le trouve aussi bien dans les couveuses, les incubateurs – il s'agit de simuler le corps humain pour la culture cellulaire – et les serres de culture – l'apport de CO 2 contribue à faire pousser les plantes –, que dans les brasseries,le stockage des fruits – il est utilisé pour optimiser leur maturation –, l'agroalimentaire. Par exemple, le CO2 injecté dans les emballages de viande permet de ralentir l'oxydation de la viande et/ou d'en assurer une couleur attirante pour le consommateur », liste Jean-François Bore, commercial chez Vaisala France.

Et il ne faut oublier ni la fabrication, le transport et l'utilisation du CO2, quelle que soit sa forme (gazeux, liquide, solide ou supercritique), ni les applications de sécurité. Le dioxyde de carbone étant un gaz incolore, inodore et plus lourd que l'air, une personne ne peut en effet entrer dans une serre de culture ou une cave d'affinage de fromages que si le seuil n'est pas dangereux pour elle. Pour bien comprendre les enjeux liés au CO2 sur la santé humaine, rappelons que le dioxyde de carbone, ou gaz carbonique, est présent dans l'atmosphère terrestre à une concentration de 403,64 parties par million en volume (ppmv),soit 0,04%, selon les derniers relevés du Earth System Research Laboratory de la National Oceanic & Atmospheric Administration (NOAA) américaine en octobre 2017. À titre indicatif, la concentration était de 401,57ppmv un an plus tôt.

Si le CO2 n'est pas chimiquement toxique,il s'avère dangereux,voire mortel, à partir de certaines concentrations dans l'air, à cause du risque d'asphyxie ou d'acidose (trouble de la régulation du pH sanguin d'origine respiratoire). Selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS),la valeur limite d'exposition (VLE) est de 3% dans l'air sur une durée de 15 minutes, sachant que, au-delà de cette valeur, les effets sur la santé sont d'autant plus graves que la teneur en CO2 augmente: à 2%,l'amplitude respiratoire augmente; à 4%, la fréquence respiratoire s'accélère ; à 10%, des troubles visuels, des tremblements et des sueurs peuvent apparaître; à 15%, c'est la perte de connaissance brutale; et à 25%, un arrêt respiratoire entraîne le décès.

Sous l'impulsion de réglementations portant sur le confort des usagers dans les bâtiments, les secteurs du Chauffage, Ventilation, Climatisation (CVC) et de la qualité de l'air intérieur (QAI) sont devenus, ces dernières années, un marché en croissance pour les fabricants de solutions de mesure de CO2 .

esto

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap