Les analyseurs de spectre et de signal

Le 10/11/2017 à 13:30  

Avec les annonces autour de la 5 e génération (5G) des standards pour la téléphonie mobile, des objets connectés – les fameux Internet of Things (IoT) pour le grand public et pour l'industrie –, ou encore la conception des véhicules autonomes, le développement de nouveaux composants et la connaissance du spectre électromagnétique concernent un plus grand nombre d'acteurs. Que ce soit toujours les militaires, les fabricants de semi-conducteurs, de radars et de stations de base, les opérateurs de télécommunication, les organismes de régulation, les services de la sureté nationale, mais aussi désormais des start-up concevant des objets connectés.

Parmi les outils à disposition de tous ces utilisateurs, les analyseurs de spectre et de signal occupent une place de choix. « Ce sont un peu les oscilloscopes numériques de l'électronicien », résume Cyril Noger, responsable produits sans fil chez Anritsu France. « Les analyseurs de spectre et de signal sont utilisés dans un large éventail d'industries, à savoir toutes les applications dans lesquelles transmetteur et récepteur ne sont pas connectés en filaire. Cela va des systèmes d'ouverture de porte de garage aux satellites, en passant par les téléphones sans fil, les clés de véhicule et les radars automobiles, les souris de PC et les réseauxWLAN », renchérit Giovanni D'Amore,EMEAI Marketing Brand Manager chez Keysight Technologies. « Sans oublier la vérification de la diffusion (télévision numérique),la production de composants et de systèmes RF ou encore les tests de conformité électromagnétique », ajoute Michael Zeng, EU sales chez SiglentTechnologies.

Xavier Cheng, ingénieur support produits chez Rohde & Schwarz France, rappelle que « les ventes sont avant tout tirées par l'aéronautique et la défense,que ce soit les satellites, l'électronique liée à l'armement (radar,communication sécurisée) et les industries liées aux composants (en particulier les amplificateurs), puis par la recherche et l'automobile qui en est aux prémices avec, par exemple, la simulation électronique de cibles radar. » Mais il s'agit souvent de marchés cycliques: les succès à l'exportation du Rafale et de projets de satellites ont évidemment eu des répercussions posi-tives sur l'industrie française. « Et cela est encore plus visible en radiocommunications, avec l'arrivée prochaine de la 5G. Les ventes sont sur des pentes positives,au moins en R&D, car la production se fera en Asie », poursuit Xavier Cheng.

« La croissance du marché des analyseurs de spectre, ou mieux de celui des analyseurs de signal, s'explique par l'explosion du sans-fil. Plus il y aura de périphériques sans fil connectés autour de nous, plus il y aura besoin de tests. Et les analyseurs de spectre et de signal sont des outils prépondérants dans la conception et le dépannage des applications millimétriques, de la 5G, des objets connectés, en Europe et dans le monde »,affirme Giovanni D'Amore (Keysight Technologies EMEAI). Pour Dean Miles, EMEA Technical Marketing Manager chez Tektronix, « ce qui tire le marché est l'occupation de la bande passante.Pour que le spectre électromagnétique ne soit pas plus encombré, des technologies toujours plus complexes sont développées pour travailler avec des largeurs de bande plus importantes (des 5 MHz du GSM et 25/30 MHz duWi-Fi au 1 GHz au moins annoncé pour la 5G) ».

Les analyseurs de spectre et de signal doivent aujourd'hui disposer de grandes largeurs d'analyse, mais aussi être capables d'intercepter des signaux fugitifs que l'on rencontre en recherche d'interférences, en compatibilité électromagnétique (CEM) et, de plus en plus souvent, en surveillance du spectre. « Les clients sont évidemment les organismes étatiques civils et les opérateurs de télécommunications, mais aussi les aéroports, les prisons et les agences liées à la sécurité du territoire. Pour ne pas laisser passer un seul phénomène, les analyseurs de spectre utilisés en surveillance doivent être hyper rapides,en ne travaillant que dans certaines bandes de fréquence », ajoute Cyril Noger (Anritsu France).

Considérés comme le pendant des oscilloscopes numériques pour les ingénieurs et concepteurs travaillant dans les hautes fréquences, les analyseurs de spectre et/ou de signal sont utilisés dans une grande variété d'applications : l'aéronautique et la défense, la maintenance, les télécommunications, la surveillance du spectre et, plus récemment, les objets connectés.

Tektronix

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap