Les automates à sécurité intégrée

Le 01/02/2016 à 13:30  

F aut-il intégrer les fonctions de sécurité aux automates? Ce type d'architecture présente de nombreux avantages et se déploie de plus en plus dans l'industrie. Si ce choix peut encore poser question dans certains cas, les gammes d'automates à sécurité intégrée s'étendent, et il existe des modèles adaptés à des machines de taille très différentes. Encore faut-il s'entendre sur les termes à em-ployer, et sur ce qu'ils recouvrent. Les différents fabricants d'automatismes ne souscrivent pas tous à la même stratégie, la sécurité est donc implémentée différemment selon les produits.

Mettre place une solution de sécurité implique également un travail administratif, pour démontrer la conformité de l'installation. Des logiciels spécifiques peuvent fournir les informations nécessaires et aider à la création de dossiers.

Beckhoff M

«Automates de sécurité ou automates à sécurité intégrée, je considère que cela signifie la même chose, indique Richard Riaudel, responsable des produits sécurité chez Siemens. Mais chez nous,nous parlons d'automates de sécurité.» Chez Rockwell Automation, par exemple, on désigne le même type de systèmes par « automates en architecture intégrée de sécurité ». Quel que soit le terme utilisé, le principe consiste à transmettre les données relatives à la sécurité via le même réseau que les données de contrôle. «Auparavant,la sécurité était traitée séparément de l'automatisme. Il était même interdit de gérer des fonctions de sécurité dans l'automate, rappelle Richard Riaudel. Mais depuis une quinzaine d'années, les normes et directives ont évolué, la tendance va de plus en plus vers l'intégration.Ainsi,chez Siemens, l'architecture interne de nos automates est conçue pour gérer indifféremment le contrôle du process et la sécurité.»

Il existe différentes façons de mettre en œuvre ce choix. La sécurité peut notamment être traitée par un seul ou plusieurs processeurs. Chez Siemens, par exemple, « on utilise un processeur codé pour garantir la redondance, explique Richard Riaudel . Les informations sont traitées sur deux canaux. Des tests vérifient ce bon fonctionnement et,en cas de défaillance,le système est mis en position de sécurité.» Chez Rockwell Automation, « les automates de sécurité ont un processeur standard,et un autre dédié uniquement à la sécurité, décrit Jean-Claude Mammes, ingénieur système sécurité chez Rockwell Automation. La sécurité est ainsi traitée par deux contrôleurs séparés. De même, une mémoire est dédiée à la sécurité en plus de la mémoire standard.» Pour lui, l'intérêt de travailler avec deux processeurs, « c'est que l'on peut répondre à des applications plus rapides. Le temps de réflexe humain est de l'ordre d'une seconde, pour appuyer sur un bouton d'arrêt d'urgence par exemple.Dans ce type de cas,on n'est donc pas à 100 millisecondes près. Mais avec une barrière de sécurité, le temps de réaction doit être plus rapide ».

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap