Les générateurs de fonctions et de formes d'onde arbitraires

Le 09/09/2016 à 13:30  

Alors que fabricants et utilisateurs se focalisent sur les oscilloscopes numériques, ils sous-estiment bien souvent le rôle essentiel des générateurs de fonctions et de formes d'onde arbitraires. Avant de pouvoir visualiser un signal électrique issu d'un circuit électronique, il faut être capable de stimuler ce circuit en injectant le bon signal.

Keysight Technologies

Dans le domaine des mesures électroniques, on parle très souvent d'oscilloscopes et de multimètres numériques –la revue Mesures ne déroge d'ailleurs pas à la règle. Mais bien souvent, avant de pouvoir acquérir, visualiser et/ou mesurer un signal électrique en sortie d'un composant, d'un circuit électronique ou de n'importe quel autre système, il faut être capable de stimuler ce composant ou ce circuit en injectant à son entrée le bon signal. C'est ainsi que l'on oublie un peu trop vite le rôle essentiel des générateurs de fonctions et de formes d'onde arbitraires. « C'est un marché non négligeable et cela commence à se savoir au travers de la qualité et de la stabilité des convertisseurs numérique/analogique utilisés », affirme Céline Côme, Team Leader chez Equipements Scientifiques, distributeur français d'une dizaine de fabricants. Et cela commence dès l'école…

Les étudiants sont en effet les premiers utilisateurs de ces instruments de mesure que l'on retrouve ensuite dans de nombreuses industries. « Nos générateurs sont maintenant mis en œuvre bien au-delà de la conception d'appareils numériques ; leur usage a progressé de façon spectaculaire dans tous les secteurs industriels : les fonderies de circuits intégrés pour le développement de mesures nanométriques (générateurs de fonctions), les laboratoires de physique pour la recherche atomique (générateurs de formes d'onde arbitraires)… », constate Adeline Lim, Marketing Brand Manager EMEAI for General-Purpose Bench & Handhelds chez l'américain Keysight Technologies.

Ce qui fait dire à Bruno Morin, directeur des ventes Espagne, France et Portugal chez l'américainTektronix,que « la demande de générateurs de fonctions est stable ; celle de générateurs de formes d'onde arbitraires est plutôt en croissance grâce à l'apparition de nombreuses petites entreprises dans le domaine des objets connectés (IoT, NFC, etc.). Et, en parallèle, certains généra-teurs deviennent accessibles en termes de prix –comparés àunmodèletrèshautdegamme– et de nouveaux entrants poussent très fortsavec des modèles de milieu et de haut de gamme. » Parmi ces nouveaux entrants, citons le suisse ZurichInstruments qui vient de lancer cette année son premier modèle, le générateur de formes d'onde arbitraires UHF-AWG ( voir page 21 ). « Les applications phares de notre nouveau produit, car elles sont aussi porteuses,sont l'ordinateur quantique (le contrôle de qubits), le Lidar et le radar,laspectrométrie par résonance magnétique nucléaire(NMR),la détection synchrone et autres détections », annonce Dr.Romain Stomp, Application Scientist chez Zurich Instruments. Selon le cabinet d'analyses irlandais Research&Markets, le marché mondial des générateurs de signal (y compris les générateurs RF et hyperfréquences) afficherait un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 9,15%sur la période 2016-2020.Selon certaines estimations, Keysight Technologies détiendrait près de 40% de parts de marché (nombred'unités), Tektronix 30%,Tabor Electronics 10% et les autres fabricants se partageraient le reste.

Les applications de ces instruments de mesure sont donc légion: l'éducation, l'automobile, l'ordinateur quantique, les communications optiques, l'électronique de puissance…

Tektronix

Jean-Michel Catherin, cofondateur et président de Testoon, distributeur français d'une dizaine de fabricants confirme,lui aussi, les dires de Bruno Morin, en précisant qu'« étant beaucoup plus concurrentiel,avec l'intérêt grandissant de fabricants asiatiques,lesegment de l'entrée de gamme est plus stable.Plus généralement,le marché des générateurs de fonctions et de formes d'onde arbitraires est assez récent : on trouveencoreassez souvent (bien) plus d'oscilloscopes numériques et autres instruments de mesure que de générateurs dans un labora-toire. »Lemarché de la génération ressemble d'ailleurs àcelui de l'oscillosco-pie, avec des produits économiques proposés par de nombreuses marques et, plus on monte en gamme, un nombre plus réduit d'acteurs. Seuls Keysight Technologies et Tektronix se battent sur le très haut de gamme,l'is-raélienTabor Electronics étant encorele seul àparvenir àsuivrelerythme.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap