L'usine du futur s'édifie brique par brique

Le 01/06/2014 à 14:00  
default-image-3105

C onsidérées comme l'«l'épine dorsale » de l'industrie 4.0, les connexions Ethernet ne sont pas encore très répandues dans les installations industrielles. Pour Philippe Charles, responsable produits chez ABB France, filiale du groupe ABB, spécialiste des technologies de l'automation et de l'énergie, « très peu de robots sont effectivement connectés de façon permanente au réseau d'une usine » , même si le protocole de réseau Ethernet est depuis longtemps utilisé en «point à point», par exemple en connectant ponctuellement le PC d'un opérateur de maintenance au robot pour une réparation. Cela s'explique. « La principale raison historique est que le déploiement d'un réseau Ethernet dans un atelier coûtait encore très cher dans les années 1995-2000,lorsqu'il était nécessaire d'ajouter une carte Ethernet optionnelle sur la baie de commande des robots », précise-t-il. « Désormais, les robots ABB sont dotés d'une connexion Ethernet en standard.» La baie de commande IRC5 –cinquième génération des armoires de commande d'ABB– est par exemple équipée de quatre ports Ethernet «natifs», utilisables pour la programmation, les réseaux de terrain ou les transferts de fichiers…

Ford entend offrir une vue cartographique de toutes ses usines d'assemblage grâce au service en ligne de modélisation 3D IntoSite de Siemens.

Siemens

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap