Le Marché Du Biogaz Représente Un Débouché Pour La Mesure

Le 01/11/2014 à 14:00  

Depuis deux,trois ans,on entend de plus en plus souvent parler d'une nouvelle énergie renouvelable, à savoir l'énergie issue de la fermentation de matières organiques, ou biogaz. C'est le cas par exemple sur la manifestation internationale des équipements, des technologies et des services de l'environnement Pollutec, dont l'édition lyonnaise va se dérouler du 2 au 5 décembre prochain, où fabricants de méthaniseurs, sociétés de prestations de services, fournisseurs de solutions de mesure, etc. représentent désormais un contingent important. Et que dire encore de la montée en puissance de salons dédiés tels que Biogaz Europe, qui se tiendra les 19 et 20 mars 2015 à Nantes (Loire-Atlantique) ou ExpoBiogaz. Sa troisième édition a par exemple rassemblé 2 824 visiteurs et 140 exposants à la mi-juin dernier à Paris, la prochaine édition étant prévue du 16 au 18 juin 2015. Comme nous le verrons plus loin, c'est un marché prometteur pour tous les acteurs et en particulier pour les fabricants et distributeurs d'instrumentation de process et de solutions analytiques. D'autant que cela peut être une bouffée d'oxygène dans un contexte économique encore difficile pour un certain nombre de sociétés… En plus de l'apparition de salons, de journées techniques (organisées par exemple par le Club Biogaz de l'ATEE) et d'autres manifestations dédiées, on assiste également à l'introduction de nouveaux appareils spécifiques. Comme les débitmètres à ultrasons Prosonic Flow B200 du suisse Endress+Hauser ( voir Mesures n° 848 ) et Optisonic 7 300 de l'allemand Krohne, l'analyseur portable GA5000 du britannique Geotech, distribué en France par Équipements scientifiques, et GIR6000 de MTL Instruments, une division du groupe britannique Cooper Industries, etc. Avant d'aller plus loin, il serait intéressant de rappeler ce que l'on entend par biogaz. « Il s'agit du résultat d'un processus de fermentation anaérobique de matières organiques. Il existe différentes sources : boues d'épuration dans le cas de stations d'épuration communales et industrielles, déchets agricoles (fumiers ou lisiers) dans les unités à la ferme,ordures ménagères dans les centres d'enfouissement techniques, effluents industriels, etc.», explique Sébastien Brossard, chef de marché Environnement & Energie chez Endress+ Hauser France.

Sick Pourlesentreprisesconvertientaubiogaz,l'unedesvalorisations possibles est la revente du biométhane à GrDF. Même si cette option est encore rare, pour diverses raisons, l'exploitant doit alors s'équiper de moyens de mesure pour s'assurer de la qualité du biométhane réinjecté dans le réseau.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap