Les Nanotechnologies Obligent À Une Autre Façon De Penser

Le 01/12/2012 à 14:00  

Les nanomatériaux ont déjà fait irruption dans notre vie quotidienne, ce qui a d'ailleurs fait plus d'une fois l'actualité. Chaque jour, la liste des produits qui ont été “dopés” aux nanomatériaux s'allonge: présence de nanoparticules métalliques (nano-agents) dans les vêtements pour les rendre autodésodorisants ou autodésinfectants, ajout de dioxyde de titane (TiO2 )dans le ciment pour qu'il soit autonettoyant,utilisation de nanopoudres de céramiques pour obtenir des propriétés spécifiques lors de traitement de surface, etc. Néanmoins, ces développements posent plus de questions qu'ils n'en résolvent.

Des questions d'ordre général concernant l'effet de ces nano-objets sur la santé, par exemple, ou des interrogations plus techniques comme les méthodologies et les instruments de mesure à mettre en œuvre pour s'assurer de la “qualité” des nanoparticules et nanomatériaux ainsi fabriqués. D'où l'apparition du terme de nanométrologie.

« En microélectronique, les nœuds technologiques actuels,à savoir la taille du plus petit objet fabriqué, en deçà de 20 nm, posent des problèmes importants en termes d'alignement et de répétabilité des puces. A cela s'ajoute la non-correspondance des étalons des lignes de fabrication d'une société à l'autre (lors de rachat ou de regroupement) », constate Nicolas Feltin, responsable de missions en nanométrologie au Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE). On peut citer un autre domaine qui est confronté à des problèmes en matière de nanoparticules: il s'agit des essais de toxicité et d'écotoxicité.On touche ici à un enjeu sociétal qui porte sur la santé et l'environnement. « Depuis une quinzaine d'années, les études sur les nanoparticules ne sont pas concluantes en raison de l'incohérence entre les rapports, poursuit Nicolas Feltin. Certaines études disent que le TiO2 n'est pas dangereux alors que d'autres affirment le contraire.Pour lever les incohérences,il faut mieux connaître les nanoparticules dont le comportement dépend de la manière dont elles ont été fabriquées [procédé chimique ou physique,NDR] , ce qui explique leur mutation dans le corps humain (environnement basique, acide…). »

LNE

Dans le cadre de la plate-forme de caractérisation métrologique des nanomatériaux Carmen, le Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE) a développé un AFM métrologique, qui sera la pierre angulaire de toute la chaîne de traçabilité à l'échelle nanométrique, et s'est doté d'un microscope électronique à balayage (MEB) de Zeiss.

LNE

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap